24 Octobre 2016 - 16h46 • 19969 vues

Partager

Article

Avec l'arrivée à 10h ce matin de TechnoFirst-faceOcean, l'IMOCA de Sébastien Destremau, l'ensemble des bateaux participant au huitième Vendée Globe est désormais réuni à Port-Olona. Les skippers ont, pour une bonne partie d’entre eux, profité de quelques jours sans obligations officielles pour se ressourcer, prendre un peu de recul ou profiter de la famille, avant d’entamer une dernière semaine de folie médiatique aux Sables d’Olonne suivie par trois mois de solitude autour du monde. 

 

« Ma» Destremau fière de ses fils

Sébastien Destremau, skipper de TechnoFirst-faceOcean, s’est échappé quelques jours en Australie,  laissant à son frère Jean-Guillem le soin de convoyer le 60 pieds jusqu’aux Sables-d’Olonne. Parti tardivement de sa base toulonnaise après la perte de son mât en septembre dernier, l’équipage a mis deux semaines  pour rejoindre le ponton du Vendée Globe. « Il était grand temps ! » s’exclamait Thérèse Destremau à son fils Jean-Guillem qui accostait enfin avec TechnoFirst-faceOcean ce matin. « Nous sommes de Toulon, mais avec des origines Bretonnes, donc il y a du tempérament dans la famille ! » Ma Dalton,  comme la surnomment ses quatre garçons Sébastien, Jean-Guillem, Xavier et Hugues est plutôt fière de sa progéniture. Non seulement Sébastien tente son premier Vendée Globe, mais Jean-Guillem est son remplaçant en cas d’empêchement et  Hugues, le maître-voilier, s’active jour et nuit sur la garde-robe aérienne du monocoque.

Jenny Launay /M&M