Actualité

L’Irlandais Enda O’Coineen candidat au Vendée Globe

Le skipper Irlandais Enda O'Coneen

Autodidacte ayant bien réussi dans les affaires, Enda O’Coineen est un personnage aux facettes multiples. Un caractère bien trempé qui tient mordicus à une devise héritée de son défunt père et qu’on pourrait traduire par quelque chose comme : « n’oublie pas de redonner à la vie ce qu’elle t’a apporté, participe toi aussi ». Ce qu’il fait, notamment par l’intermédiaire de l’Atlantic Youth Trust, un programme d’éducation par la mer qu’il a fondé et qui embarque chaque année des centaines de jeunes sur de grands voiliers classiques, et avec qui il sera évidemment en relation étroite pendant le Vendée Globe 2016.
S’il est peu connu en France, le marin irlandais n’est pas né de la dernière pluie d’Erin. Il a beaucoup navigué sur des Maxis et des monotypes et sa troisième place sur la Transat St Barth Port-la-Forêt en décembre dernier était là pour valider les milliers de milles courus l’an dernier en solitaire. Enda O’Coineen le dit tout net, en ce qui concerne le Vendée Globe, « finir sera gagner ». Sur ce dossier, on peut compter les yeux fermés sur son sens aigu du célèbre ‘fighting spirit’ irlandais.
 
L'homme du Connemara
Pour donner une idée du tempérament de cet Irlandais bon teint, on peut citer une anecdote incroyable : dans sa prime jeunesse, il travaille un été dans une usine de bateaux gonflables (on ne disait pas encore « semi-rigides » à l’époque) aux Etats-Unis… et fait avec son patron le pari qu’il peut traverser l’Atlantique à bord ! Un gréement de fortune et vogue la galère, il part et gagnera ce pari fou ! Très connu en Irlande (il est également le patron de la Fédération Internationale des Pubs Irlandais) Enda O’Coineen a réussi dans les années soixante-dix en allant créer un annuaire économique au-delà du mur de Berlin, à Prague et dans ce qu’on appelait alors les Pays de l’Est. Mais entre autres affaires, il fondera aussi « Afloat », le magazine nautique leader en Irlande !
Le monde de la course au large connaît bien Enda pour avoir été à l’origine du premier projet irlandais sur la Whitbread 1987, le tour du monde en équipage. Puis pour avoir beaucoup œuvré, vingt ans plus tard, sur le projet Green Dragon dans la Volvo Ocean Race. Enfin sur les escales de cette même course à Galway, chez lui, puisqu’Enda O’Coineen est homme du Connemara. Enda O'Coineen : «Je suis très heureux d’être au départ de cette course de rêve avec un bateau qui porte le nom de l'Irlande. Nous portons beaucoup d’enthousiasme et d’expérience à travers ce projet. Nous ne chercherons pas à réinventer la roue, mais nous sommes déjà très impliqué dans le projet, avec deux skippers de réserve, futur espoir du Vendée Globe, Andy MacArthur, et David Kenefick, un skipper Figaro talentueux. Notre objectif principal est de mener le bateau en toute sécurité autour du monde dans cette cette grande aventure ! "
 
Team Ireland est l’ex bateau de Mike Golding
Son bateau n’est autre que l’ex Gamesa - auparavant Ecover 3 - de Mike Golding, plan Owen Clarke de 2007, sistership d’Aviva, et qui a déjà couru les deux derniers © Mike Golding / GamesaVendée Globe. Une très belle machine. Marcus Hutchinson, le plus Français des Irlandais, qui « donne un coup de main au projet» explique: « le bateau et le skipper étant déjà qualifiés, nous avons profité que la grande majorité de la flotte des IMOCA soit en mer en ce moment pour mettre le bateau en chantier, chez Mer Agitée. On le fait bénéficier d’un refit complet. Nous le remettrons à l’eau au mois de juin. La première course d’Enda à bord après ce chantier sera le Défi Azimut à Lorient, puis tout s’enchaînera jusqu’au départ du Vendée Globe.»
En effet, même s’il devra passer par la liste d’attente, Enda O’Coineen et son « Team Ireland » (le nouveau nom de son bateau) sont persuadés qu’ils iront au bout.

BM / Agence Mer et Media

Snap code

Retrouvez-nous sur Snapchat
vendeeglobe2016