19 Novembre 2012 - 12h35 • 3899 vues

Partager

Article

Le skipper de Maître CoQ est arrivé aux îles du Cap Vert où il a pu analyser la situation. Avec son équipe technique, Jérémie a recherché toutes les solutions possibles pour pouvoir continuer la course. Mais aucune ne permettait à Jérémie de continuer dans des conditions satisfaisantes de sécurité sans l’apport d’une intervention extérieure. La règle du Vendée Globe stipule que le skipper ne peut recevoir d’assistance, Jérémie a donc annoncé à la vacation officielle son abandon.

Jérémie Beyou 2© Yvan ZeddaC’est évidemment un coup très dur pour le navigateur qui avait abordé ce Vendée Globe avec un mélange de gourmandise et de grande détermination. Au moment de ce coup du sort qui l’a obligé à se détourner vers les îles du Cap Vert, Jérémie naviguait en 6eme position, premier des bateaux de la génération 2008-2009. Sa sincérité et son énergie vont manquer.

« Le diagnostic est clair : la façon dont j’ai amarré la tête de quille hier (dimanche), c’est la meilleure des façons de l’amarrer, cela m’a permis de ramener le bateau à l’abri des côtes. En revanche, l’analyse que l’on a pu faire de cette attache hier soir et jusqu’en début de nuit, c’est que cela ne permet pas de mettre quelque charge que ce soit sur la tête de quille. On risque de la casser. Cela ne permet donc pas de faire un Vendée Globe, d’aller dans les mers du Sud... Et même en naviguant sous-toilé, cela ne fonctionnerait pas. Donc pour être très clair, j’ai fait sauter mon plomb de moteur et je me dirige vers l’île Saint Vincent où mon équipe technique m’attend. La course est finie. »