Toutes les actualités

Transat Jacques Vabre, quels enjeux en vue du Vendée Globe ?

Quatre ans après la toute première édition du Vendée Globe en 1989, la première Transat Jacques Vabre s’est élancée du Havre. Alors que le tour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance s’apprête à célébrer sa 10e édition en 2024, la course transatlantique, elle, célèbre ses trente ans cette année. 40 IMOCA seront au départ, soit 80 skippers, qui rêvent tous de Vendée Globe à plus ou moins long terme…

62324.jpg

Les tenants du titre, Thomas Ruyant et Morgan Lagravière sont de retour à bord du tout nouvel IMOCA For People pour ce grand rendez-vous du calendrier IMOCA Globe Series. On retrouve également, parmi les candidats du Vendée Globe 2024 à s’aligner au départ, de nombreux anciens vainqueurs de la Transat Jacques Vabre, à commencer par Yannick Bestaven, vainqueur du Vendée Globe 2020, qui a remporté cette course transatlantique à deux reprises en Class40. Maxime Sorel a lui aussi inscrit son nom au palmarès de la course en Class40, tandis que Giancarlo Pedote l’a remportée en Ocean Fifty, les trimarans de 50 pieds. En IMOCA, Jérémie Beyou a décroché le titre en 2011, Jean Le Cam en 2013 et Charlie Dalin en 2019.

Cette année, ils seront 40 duos à s’élancer du Havre le 29 octobre en direction de la Martinique. Mais le repos aux Antilles sera de courte durée : à peine arrivés, ils devront se remettre en « mode course », en solitaire cette fois-ci. Ils prendront en effet le départ du Retour à la Base, dernière course qualificative pour la période 2022-2023, le 26 novembre à Fort-de-France. Pour rappel, les candidats au Vendée Globe 2024 doivent prendre le départ de deux courses qualificatives (sur le bateau sur lequel ils disputeront le tour du monde), une sur la période 2022-2023 et une en 2024. Ils doivent terminer au moins l’une d’entre elles dans un temps qui ne doit pas être plus d’une fois et demie supérieur au temps du vainqueur.

Retour à la Base 

Le Retour à la Base est donc particulièrement important pour tous ceux qui n’ont couru ni la Vendée Arctique – Les Sables d’Olonne, ni la Route du Rhum en 2022. Parmi eux, on retrouve les skippers des nouveaux IMOCA mis à l’eau en 2023, à savoir Charlie Dalin sur MACIF – Santé Prévoyance, Thomas Ruyant sur For People, Yoann Richomme sur Paprec Arkéa et Éric Bellion sur Stand as One. Il en est de même pour Sébastien Simon, qui dispute sur la Transat Jacques Vabre sa toute première course sur son bateau Groupe Dubreuil.

Clarisse Crémer (L’Occitane en Provence), Violette Dorange (DeVenir) et Sam Goodchild (For the Planet) entameront également leur processus de qualification lors du Retour à la Base.

Bien qu’ayant validé la Vendée Arctique – Les Sables d’Olonne, les skippers Nicolas Lunven (Holcim – PRB) et Fabrice Amédéo (Nexans - Arts & Fenêtres) doivent eux aussi nécessairement prendre le départ de cette course, car ils ont tous deux changé de bateau en 2023.

Jean Le Cam (Tout Commence en Finistère – Armor Lux), Phil Sharp (OceansLab - Cleantech Accelerator) et Nicolas Lunven (Holcim – PRB) ne seront pas au départ de la Transat Jacques Vabre, mais rallieront la Martinique en convoyage pour prendre le départ du Retour à la Base sur leur nouvel IMOCA.

A noter que l’organisation du Vendée Globe a prévu dans son règlement de pouvoir accorder une dérogation à cette règle de qualification et accepter que le départ de la Transat Jacques Vabre 2023 se substitue au départ du Retour à la Base en cas d’avarie majeure rencontrée sur la Transat Jacques Vabre rendant impossible la participation du binôme skipper-bateau au Retour à la Base.

Au-delà des enjeux de qualification pour le Vendée Globe, tous les skippers auront à cœur de briller sur cette belle course transatlantique, la plus longue en duo. Ils comptabiliseront de précieux milles sur cette traversée, en vue d’une éventuelle sélection. La course se disputant en double, chaque skipper comptabilisera la moitié des milles du parcours, soit 2700 précieux milles.