Actualité

Aux prémices du Pot

A bord d'Edmond de Rothschild

Environ 450 milles dans le Sud-Ouest de l'archipel du Cap Vert, nous ne sommes qu'à la fin du huitième jour de course et les premiers entrent déjà dans le Pot au Noir ! Le leader Alex Thomson  - avec une trentaine de milles d'avance sur le duo Sébastien Josse-Vincent Riou - est à 400 milles de l'équateur, où le temps de référence établi par Jean Le Cam (10 jours 11 heures 28 minutes) risque fort d'être pulvérisé sous 36 heures.

L'hémisphère Sud va-t-il se mériter ? Oui si l'on considère que la journée s'annonce délicate, notamment cet après-midi où il faut s'attendre à constater des vitesses inférieures à 5 noeuds pour ceux qui seront les plus impactés. Non, si l'on considère en revanche que la Zone de Convergence Intertropicale (ZCIT) présente un trou de souris d'une largeur relativement faible : 120 à 140 milles pour les premiers bateaux. Ce point de passage moins défavorable se situe entre le 27° et le 28° Ouest. C'est cette porte d'entrée que visent actuellement les sept premiers bateaux qui tiennent encore dans la même centaine de milles et menés dans l'ordre par Alex Thomson, Sébastien Josse, Vincent Riou, Armel Le Cléac'h, Jérémie Beyou, Morgan Lagravière et Paul Meilhat. Cinq foilers et deux bateaux à dérives droites donc (PRB et SMA). Sébastien Josse est celui qui a le mieux marché ces dernières 24 heures, parvenant à se hisser à la deuxième place.

Est-ce à dire qu'on peut s'attendre à une sorte de nouveau départ dans le Pot au Noir ? Ce n'est pas impossible. Surtout quand on constate à 4h ce lundi matin que si Hugo Boss est toujours en tête, sa vitesse a fléchi régulièrement et ne dépasse plus guère les 10 noeuds, alors que seulement 30 milles derrière lui le duo rapproché composé d'Edmond de Rothschild et PRB marche à 14,5 noeuds ! L'effet tampon risque de jouer à fond, d'autant que si Alex Thomson tente de reprendre une partie de son écart latéral vers l'Ouest, ses deux plus proches poursuivants incurvent aussi leur route dans cette même direction… Armel Le Cléac'h, joint ce matin, n'était pas encore touché par les nuages scélérats et rappelait à juste titre avoir eu beaucoup d'avance voilà quatre ans à ce moment du parcours "avant qu'on se retrouve tous ensemble à Bonne-Espérance". Façon de dire qu'absolument rien n'est gravé dans le marbre et que les écarts d'aujourd'hui sont à prendre avec des pincettes. Dans la deuxième partie de flotte, à partir du 15e, la crainte est d'avoir un passage du Pot au Noir beaucoup moins favorable : si la ZCIT venait à s'élargir, gare au phénomène de passage à niveau… mais nous n'en sommes pas là encore. Il faut en tous cas surveiller de près les prochains pointages, car si la navigation est très agréable en ce moment - mer belle, vent relativement régulier, chaleur et clair de lune - la journée s'annonce complexe aux avant-postes.

Didac Costa, lui, n'a pas à s'inquiéter pour le moment. Au large du Sud du Portugal, le Catalan bénéficie enfin de belles conditions de vent portant soutenu (25 noeuds) et peut avaler les milles sans se poser de questions pour tenter de revenir sur l'arrière de la flotte. Enfin, Tanguy de Lamotte n'est plus qu'à 40 milles de Mindelo et il ralentit volontairement pour arriver de jour, mouiller, et monter dans son mât pour tenter de réparer. Il devrait pouvoir commencer cette opération en fin de matinée.

Bruno Ménard / M&M

Snap code

Retrouvez-nous sur Snapchat
vendeeglobe2016