06 Décembre 2020 - 07h50 • 8125 vues

Partager

Article

Contacté à la vacation de ce dimanche matin, le skipper de Bureau Vallée 2 revient sur ses réparations après un problème de pilote automatique et évoque les défis qui l'attendent dans les prochaines heures. 

"Je suis pas mal cramé ! Mes problèmes ont commencé avant—hier à 18 h et j’ai été me coucher à minuit cette nuit. Il y a la fatigue qui s’accumule. Et puis tu sais que pour remettre un bateau en état, il faut de la pétole. Or, quand tu regardes l’horizon des prochains jours, ça va être compliqué. Un moment, je n’arrivais même plus à faire route, je barrais et je n’arrivais pas à résoudre les problèmes de pilote automatique. Du coup, tu affales, tu laisses le bateau dériver, tu essaies de gérer le problème. Et quand ça dure pendant des heures et des heures, à un moment donné tu te dis que tu ne vas pas pouvoir continuer…

"Il faut absolument que je finisse de ranger le bazar"

Heureusement, le problème de pilote automatique a été résolu. Tout ça est installé en réseau sur le bateau. S’il y a un élément qui ne marche pas sur le réseau, ça fout en l’air les deux pilotes automatiques et tu n’as aucun moyen de savoir quel est l’élément qui ne marche pas. Il faut les débrancher un par un.

Là, le long de la Zone d'Exclusion Antarctique (ZEA), c’est assez mou. Je pense que les trois bateaux de tête ne sont pas très rapides, il n’y a pas beaucoup d’air, ça a commencé à rentrer vers 1h TU. Là, c’est fort, il y a entre 30 et 35 nœuds de vent, c’est en hausse mais la mer est relativement raisonnable avec 4 mètres à 4,50 mètres.  Initialement, il y a un front, on est en train de le prendre. La stratégie, c’était de rester devant mais j’ai pris un peu de retard. Je ne suis pas sûr de pouvoir rester devant. Il va falloir être le plus rapide possible sur ce bord en bâbord.

Après, soit j’arrive à rester devant le front, soit le front va passer sur nous dans deux jours ce qui impliquera un empannage et de continuer la route tribord. Je n’ai pas pris le fichier de minuit mais ceux de 18h voyaient une transition un peu pourrie. Avant de retourner dormir, il faut absolument que je finisse de ranger le bazar parce que c’est encore le bazar. Et quand c’est le cas, ça peut créer des problèmes. Et puis après je vais essayer de faire le maximum de vitesse, me dire que les autres ont probablement des soucis aussi et qu’il faut s’accrocher. J’espère avoir mangé mon pain noir et que ça sera plus cool maintenant."

 

Louis Burton / Bureau Vallée 2