21 Janvier 2021 - 06h00 • 15136 vues

Partager

Article

Le skipper de Maître CoQ IV qui a connu des déboires techniques au cap Horn, a désormais retrouvé pratiquement tout son potentiel, du moins au portant. Or c’est l’allure qui devrait prédominer à la sortie de cet anticyclone des Açores que les leaders contournent actuellement.

« Je suis dans des alizés d’Est entre 17 et 18 nœuds : je peux donc remonter assez vite vers les Açores ! Ce n’est pas mal du tout surtout que je suis sous-toilé devant et sous-toilé derrière parce que j’ai des problèmes avec mon J2… alors je suis en équilibre instable côté voilure. Normalement, ça va mollir progressivement et il y aura des changements de voile dans la journée. Certes, je pourrais probablement obliquer un peu sur la droite parce que l’anticyclone se décale vers l’Est. Si je pouvais ne pas m’arrêter, ce serait pas mal.

Je vais passer près de l’archipel des Açores, des îles que j’aime bien parce que j’y ai gagné des étapes en Class40 ! Et c’est magnifique : je me souviens être monté sur le volcan de Pico, un cône qui culmine à plus de 2 350 mètres… Mais je n’aurai pas le temps d’aller chez Peter ou de faire du tourisme : l’objectif, ce sont Les Sables d’Olonne.

Et il y aura pas mal de manœuvres pour y aller ! Des empannages, des passages de front : ce n’est gagné pour personne encore… Surtout que j’ai toutes mes voiles de portant : j’ai pu réparer un peu mes enrouleurs et j’ai en dehors de mon grand spinnaker, un gennaker de tête et un de capelage. Je n’ai rien à perdre puisque je suis actuellement à la cinquième place et certains ont des problèmes techniques à résoudre. Cela donne envie de tenter des options… »

Yannick Bestaven / Maître CoQ IV