21 Janvier 2021 - 12h22 • 7972 vues

Partager

Article

Maxime Sorel (V and B - Mayenne), qui navigue en 10ème position au pointage de ce midi, jeudi 21 janvier, était en visio ce matin. Le jeune skipper semble avoir encore de l'énergie à revendre ! 

« Je suis enfin sorti de l’influence de la grosse masse qui a composé le pot au noir. Elle avait une drôle de forme, elle remontait vers le Cap-Vert. J’en suis sorti dans la nuit. Elle m’amenait du vent très à droite, ce qui me permettait d’avoir un cap intéressant mais comme c’était rafaleux, c’était un peu compliqué de naviguer là-dedans.

J’ai arrêté de bricoler. On est sur la tranche, très penché, ça mouille beaucoup. Je surveille ce que j’ai bricolé précédemment. Je surveille mes voiles, mais pour certaines, on ne va plus beaucoup les utiliser d’ici la fin. On se permet de tirer un peu plus dessus, au pire ça casse ! Je n’ai pas un bateau à 100% mais il va bien.

Je vais continuer à faire mon max ! Je surveille derrière forcément. J’ai été un peu gêné par le pot au noir mais moins que ceux de devant. À certains pointages, j’étais à moins de 10 nœuds. C’était aussi le cas pour Clarisse (Crémer), par contre Armel (Tripon) il ne sait pas ce que c’est le pot au noir, il a beaucoup de réussite l’amigo ! Il revient fort, mais il n’est pas à sa place, il devrait être devant depuis longtemps. S’il faut qu’il passe, il passera mais j’aurais bien aimé garder cette 10ème place, c’est sûr !

On continue d’apprendre, on pourrait faire 10 fois le tour de la terre qu’on apprendrait encore ! Je me suis fait piéger dans un grain, j’ai roulé mon J0, j’ai mis une voile plus petite, le J2. J’ai eu 44 nœuds dans le grain, j’étais presque face au vent, collé, à ne plus pouvoir abattre parce que ma voile est très fragile et que si je la choque elle va faseiller et exploser. Je me suis retrouvé complètement couché. J’aurais pu anticiper, mettre une voile plus petite, prendre un ris…

Mais c’était difficile car je sortais d’une zone très molle entre 5 et 8 nœuds. D’habitude les grains ne vont pas jusqu’à 44 nœuds dans les claques. J’ai appris que si vraiment c’est menaçant, il faut réduire encore plus !

En tête de flotte

Trois bateaux ont été beaucoup en tête, je préférerais que ce soit ces bateaux là sur le podium car ils ont fait le spectacle depuis le début. C’est unique ce qui va se passer dans les jours à venir. Ça se passe parfois sur une transat, mais là c’est dingue ! C’est toujours revenu par derrière. C’est une chance pour nous les IMOCA à dérives droites, on ne peut pas cracher dans la soupe ! 

Je me projette sur l’arrivée et c’est un peu la difficulté car il y a des jours, on a l’impression d’y être alors qu’en fait il reste un très gros morceau. On va finir les alizés et il y aura une belle série d’empannages jusqu’à l’arrivée avec du vent très soutenu. Il y a deux dépressions qui vont bien nous calmer au niveau température et conditions. »

Maxime Sorel / V and B - Mayenne