28 Janvier 2021 - 21h16 • 45888 vues

Partager

Article

Quelques minutes après le franchissement de la ligne d’arrivée sous une pluie battante, dans des conditions de vent et de mer musclés, Jean Le Cam s’est exprimé rapidement pour dire son soulagement d’en avoir terminé avec ce 5e Vendée Globe dont il a été un des héros. Mais un héros visiblement très fatigué, qui a sans doute connu de gros soucis dont il ne nous révèlera la ou les causes que demain, aux premières heures du jour, lors de son arrivée au ponton. Le chenal des Sables d’Olonne n’étant pas praticable avant 1h30/2h00 demain matin et Jean a choisi d’y faire son entrée à bord de son bateau. Vous pourrez assister en direct à la remontée du chenal qui sera suivie de la conférence de presse du skipper de Yes We Cam!

" C’est une ligne d’arrivée comme je n’en ai jamais passé de ma vie. Vous saurez demain pourquoi. Je ne sais pas comment je suis arrivé là, honnêtement, je ne sais pas. Mais c’est fait !

C’est une délivrance certainement. Ce Vendée Globe a été un truc de malade. J’en ai fait, mais alors là, avec tout ce qui s’est passé… En plus apparemment, je suis 4e !

Ça fait deux jours que je suis à fond pour ne pas rater la marée. Ce matin, Anne (ndlr son épouse) m’a dit que je pouvais arriver devant Boris Herrmann. Je n’avais jamais imaginé ça ! J’étais content d’être devant Groupe APICIL, c’était notre challenge entre bateaux à dérives droites. Ce challenge a été très présent d’ailleurs sur la course. Ces bateaux à foils, c’est beaucoup de casse-tête pour pas grand-chose ! Comme quoi les logiciels de calculs… La voile n’est pas une science exacte !

Le plus important, c’est que j’ai donné aux jeunes générations l’idée qu’ils puissent faire le Vendée Globe avec des moyens limités. J’ai eu des témoignages de jeunes dans ce sens. Je suis content car on était partis dans une escalade budgétaire. C’est une vraie victoire.

Je suis allé du bout du bout du bout… Comme je dis, trop dire fait rire, bien faire fait taire !"