06 Février 2013 - 13h18 • 7189 vues

Partager

Article

C’est dans des conditions musclées (25-30 nœuds de vent et 4 mètres de creux) et après une dernière nuit en mer particulièrement difficile dans le golfe de Gascogne que Jean Le Cam a franchi, au terme d’un surf endiablé, la ligne d’arrivée du Vendée Globe, ce mercredi 6 février à 13h14’58’’, heure française. Il prend la cinquième place de cette 7e édition après avoir bataillé ferme pour préserver sa position des attaques de Mike Golding, son plus fidèle adversaire tout au long des 24 394 milles de course. A 53 ans, le skipper de SynerCiel participait ici à son 3e Vendée Globe.

Son temps de course est de 88j 00h 12mn et 58s. Vitesse moyenne sur le parcours théorique (24 394 milles) : 11,5 nœuds. Il aura parcouru en réalité 27 575 milles sur l’eau, à la vitesse moyenne de 13,1 nœuds.
Ecart avec le 4e Jean-Pierre Dick : 1j 21h 09min

L’envie d’avoir envie
On a retrouvé Jean Le Cam. Pour son troisième Vendée Globe, le skipper de SynerCiel a, comme il l’avait déjà fait en 2004-2005, généreusement partagé ses joies et ses soucis et permis au grand public de comprendre un peu mieux le quotidien des solitaires autour du monde.

L’art de rebondir
Et dire qu’il aurait pu ne pas être au départ… Quelque neuf mois avant le coup d’envoi de ce Vendée Globe 2012-2013, Jean le Cam n’avait encore aucune garantie de pouvoir à nouveau défendre ses chances autour du monde en solitaire. Depuis le chavirage de son VM Matériaux dans la précédente édition, la roue de la fortune semblait avoir tourné dans le mauvais sens pour ce navigateur atypique, triple vainqueur de la Solitaire du Figaro et deuxième du Vendée Globe 2004-2005 après une lutte au couteau avec Vincent Riou. Une Barcelona World Race avortée suite à un démâtage aux abords des îles du Cap-Vert, succédait à une longue période de tracasseries administratives autour de questions d’assurance après la perte de son bateau. Les conditions n’étaient donc pas idéales pour préparer une nouvelle campagne.

Une préparation atypique
C’est finalement, par l’intermédiaire de l’écurie Absolute Dreamer que Jean Le Cam va pouvoir se lancer dans l’aventure. On est au mois de février et le temps presse. Il récupère l’ancien bateau de Loïck Peyron, devenu ensuite Renault ZE lors de la Barcelona World Race auquel il fait faire une cure d’amaigrissement drastique. Près de 950 kilos gagnés vont lui permettre de disposer d’une machine qui, sans avoir les performances des prototypes derniers nés, pourra faire figure honorable. Compte tenu du temps imparti avant le départ, Jean Le Cam fait le choix de concentrer ses efforts sur la préparation de son bateau, délaissant volontairement les entraînements communs avec les autres IMOCA ou les courses d’avant-saison : « pour se comparer, il faut être à niveau, sinon ça ne sert à rien. Je préfère travailler pour être prêt que d’user mon énergie à prétendre rivaliser avec des gars qui se préparent depuis deux ans… »

Les Tontons Flingueurs

Le début de course est conforme à ce qu’on attendait. A bord des prototypes de dernière génération, les hommes de tête creusent l’écart rapidement. Rythme soutenu, potentiel de vitesse supérieur et conditions météorologiques favorisant les échappées par devant font qu’en une semaine de course, des écarts importants se sont créés. Aux avant-postes du groupe des poursuivants le skipper de SynerCiel se retrouve à la lutte avec deux concurrents qu’il connaît particulièrement bien, Mike Golding et Dominique Wavre. La traversée du pot au noir est favorable au trio qui revient sur les talons des hommes de tête. Jean Le Cam s’imagine en chasseur ou héros du film d’Audiard…

La mer en direct

A l’heure de rentrer dans les Quarantièmes, le roi Jean va s’initier à un exercice dont il se serait bien passé. Un filet s’est coincé dans son bulbe de quille et le solitaire n’a pas d’autre choix que de plonger pour s’en débarrasser. Une fois l’opération réussie, il n’omet pas d’envoyer les images de son épopée. Les petites vidéos de Jean Le Cam sont comme des bonbons. Qu’il s’agisse de ses réflexions philosophiques sur la course, de sa colère quand il apprend que le jury l’a pénalisé pour une infraction dans le rail du cap Finisterre, de ses conversations avec les peluches du bord.

Si près, si loin

Le 7 décembre, lors de la remontée vers la porte Crozet (océan Indien) Jean Le Cam et Dominique Wavre se retrouvent bord à bord au petit matin. Les deux navigateurs naviguent à quelques dizaines de mètres l’un de l’autre pendant une paire d’heures avant que leurs routes ne divergent. C’est le 22 décembre, au moment d’entrer dans le Pacifique, que Jean Le Cam fausse compagnie au groupe des « tontons ». En trois jours, il porte son avance sur Mike Golding à près de 500 milles. La traversée du Pacifique va lui permettre de conserver une avance relativement confortable sur ses poursuivants. Il franchit le cap Horn en 5e position et passe tout près de la pointe de la Terre de Feu au petit matin, alors que le phare du cap Horn est encore allumé. Mais ce qui devrait être la délivrance va devenir le début de son purgatoire.

La punition Atlantique

L’Atlantique Sud va se révéler impitoyable pour le peloton des poursuivants. Vents variables, mers cassantes, imprécisions des fichiers météo, la remontée entre le cap Horn et l’équateur va se transformer en une purge infâme. Une nouvelle fois, Jean Le Cam va voir revenir sur ses talons son meilleur ennemi, Mike Golding. Mais à l’approche de l’équateur, après une remontée de l’Atlantique Sud particulièrement éprouvante, il maintient une petite avance sur son adversaire. Le dernier jeu d’échec entre les deux hommes se jouera dans le sud de l’anticyclone des Açores. Mike Golding décide de contourner les hautes pressions par l’est, quand Jean choisit la route de l’ouest pour accrocher le premier les vents portants forts qui le mèneront jusqu’à l’arrivée. Il va pouvoir mesurer l’incroyable popularité qu’il s’est à nouveau forgé durant cette édition 2012-2013. Peut-être parce qu’en relatant aussi simplement sa condition à bord, il a finalement parlé de la vie de chacun…

PFB

Points de repère :

- Plus grande distance parcourue en 24 heures : 432 milles (18 nds de moyenne) dans la journée du 30 novembre
- Les Sables – équateur : 11j 20h 08mn (il ne bat donc pas son propre record réalisé en 2004-1005 en 10j 11h 28mn)
- Equateur – Bonne Espérance : 12j 16h 40mn (record JP Dick 12j02h40mn)
- Bonne Espérance – Cap Leeuwin : 14j 03h 25mn (record F Gabart 11j 06h 40mn)
- Cap Leeuwin – Cap Horn : 20j 03h 03mn
- Cap Horn – équateur : 16j 11h 41mn
- Equateur – Les Sables d’Olonne : 12j 17h 14min