Actualité

Fleury Michon X : une longue agonie

Philippe POUPON / FLEURY MICHON
© Jacques Vapillon / DPPI / Vendée Globe

Nous sommes le 27 décembre 1989 dans la nuit. Philippe Poupon, alors deuxième de la première édition du Vendée Globe à bord de son ketch Fleury Michon X, tente à tout prix de rattraper Titouan Lamazou sur Ecureuil d’Aquitaine II. Dans des conditions plus que soutenues, il attaque et sort de la piste. Son voilier, couché sur le flanc, ne se redressera pas. Les secondes sont longues pour le skipper qui doit prendre la difficile décision de déclencher sa balise de détresse.

C’est à 11h50, le 28 décembre, que le comité de course reçoit la nouvelle. Fleury Michon X est en détresse. Après le survol de l’épave par un C130, la nouvelle tombe, Philippe Poupon est bien à bord et en vie. Loïck Peyron sur Lada Poch, positionné à 130 milles dans le nord du lieu du naufrage, est le plus à même de rejoindre Fleury Michon X. Il lui a été demandé par le comité de course de se dérouter afin de porter assistance à Philippe Poupon. Va s’engager alors la plus incroyable manœuvre de l’histoire de la course. Mais il faut faire vite car une nouvelle tempête est annoncée.

Lada Poch est sur zone à 11h00 le 29 décembre et la manœuvre peut alors commencer. Mais il faut trois tentatives pour enfin retrouver le 60 pieds à plat. Lors de la première tentative, l’aussière lancée par Philippe Poupon n’atteint pas son but. La deuxième est la bonne, Loïck Peyron arrive à la saisir mais dans une tension immense, Fleury Michon X ne bouge pas d’un iota. En revanche, la troisième tentative est la bonne, même si le skipper de Fleury Michon X doit abandonner son mât d’artimon. Une manœuvre très délicate mais indispensable afin de soulager le monocoque. Enfin, Philippe Poupon peut souffler.

Malheureusement, le spectacle de son monocoque est triste à voir et le constat amer. Il lui faut jeter l’éponge. C’est désormais vers l’Afrique du Sud et Le Cap que Fleury Michon X fait route. De son côté, Loïck Peyron reprend sa route vers les Sables d’Olonne mais avec encore trois océans à traverser. Le skipper de Lada Poch sera crédité à l’arrivée de plusieurs heures de bonus mais insuffisantes pour contester la très belle victoire de Titouan Lamazou sur Ecureuil d’Aquitaine II qui boucle ce premier Vendée Globe en 109 jours, 8 heures, 48 minutes et 50 secondes.

Cette année-là, outre l’abandon de Philippe Poupon sur Fleury Michon X, trois autres solitaires ont également dû déclarer forfait, à l’image de Jean Yves Terlain, suite au démâtage de son UAP, Bertie Reed sur Grinaker pour un problème de safran et enfin Guy Bernardin sur O-Kay suite à une terrible rage de dents.

Thomas Campion

A voir à partir de 3 minutes 29 :

Snap code

Retrouvez-nous sur Snapchat
vendeeglobe2016