11 Décembre 2014 - 18h13 • 4965 vues

Partager

Article

Le Figariste Paul Meilhat sera au départ du Vendée Globe, en novembre 2016 ! Il y aura la lourde tâche de mener autour du monde le bateau tenant du titre : l’ex-Macif de François Gabart. Autrement dit, la meilleure machine de course actuelle. Pour le Vendée Globe c’est donc à la fois l’apparition d’un nouveau skipper et celle d’un nouveau sponsor : SMA, qui s’engage jusqu’en 2018 aux côtés de Paul.

« C’est juste génial, je suis sur un petit nuage. Je mesure ma chance… et aussi tout le travail qui m’attend. » Jusqu’ici Paul Meilhat était un émérite Figariste. Issu de la voile olympique et du 49er, ce grand blond talentueux de 32 ans s’était déjà fait respecter par de nombreuses places d’honneur, en finissant notamment 5e de la Solitaire du Figaro 2014 (6e en 2011, 9e en 2012). Pensionnaire de la fabrique de champions qu’est le Pôle Finistère Course Au Large de Port La Forêt, il a connu la gloire cette année aux côtés de Gwénolé Gahinet, quand les deux jeunes hommes remportèrent en double la Transat AG2R, à St Barthélemy. Bref, s’il est encore peu connu du grand public, « Polo » - comme on l’appelle sur les pontons - n’est pas tout à fait le premier venu. Et tant mieux ! Parce que ce qui l’attend est rien de moins qu’une participation à l’Everest des mers. Voilà donc qu’il va boxer dans la catégorie reine de l’IMOCA et pouvoir nourrir des ambitions sur le Vendée Globe. Paul participera également à la Transat Jacques Vabre, à The Transat et à la Route du Rhum, SMA s’engageant à ses côtés jusqu’en 2018.
 
Avec Mer Agitée
SMA, son partenaire en Figaro, change de catégorie en même temps que lui, en achetant le bateau le plus convoité des Le nouveau SMA en coupe© Design JB Epronskippers : le MACIF, plan VPLP-Verdier que François Gabart a mené à la victoire lors de la dernière édition du Vendée Globe ! Autre « détail », c’est l’écurie Mer Agitée de Michel Desjoyeaux, double vainqueur du Vendée Globe, qui va gérer avec lui les aspects techniques et sportifs du projet. Autant dire que Paul est mis dans des conditions absolument idéales pour réussir… et qu’il aura forcément beaucoup de pression sur les épaules pendant les quatre années de ce nouveau partenariat avec SMA. Tout comme Morgan Lagravière, il sera un des bizuths du tour du monde… mais souvenons-nous que cela ne signifie pas l’impossibilité de jouer la gagne : François Gabart l’était aussi, débutant en IMOCA, avant de battre le record du Vendée Globe de main de maître.
 
Bizuth sur le Vendée
Paul Meilhat l’a bien compris. Il explique : « L’aventure du Vendée Globe relève pour moi de la découverte, de cette ‘première fois’ inconnue et de l’exploit. Mais je m’inspire de ceux qui m’entourent. Beaucoup de skippers qui ont emprunté le même parcours sont passés par la filière Figaro. Et le fait d’être au Pôle d’entraînement de Port-la-Forêt, au sein de Mer Agitée et d’avoir une équipe - les meilleurs dans leur domaine - autour de moi m’enlève une grosse part d’appréhension. » Pour l’anecdote, SMA est partenaire de Paul Meilhat depuis mai dernier… le moins qu’on puisse dire est qu’ils n’ont pas traîné pour passer à la vitesse supérieure !
Le Vendée Globe va gagner en tous cas un jeune homme non seulement très fort sur l’eau, mais aussi absolument charmant à terre… et qui a le bon goût de connaître un nombre non négligeable de chants de marins, ce qui ne gâche rien. Michel Desjoyeaux dans tout ça ? De l’aveu du « Professeur » (un des nombreux surnoms de ‘Mich’Desj’), son rôle sera de jouer les empêcheurs de tourner en rond. « Le but est d’apporter ma connaissance des 60 pieds IMOCA et mon expérience de la compétition en solitaire au large sur de tels bateaux, pour faire gagner du temps à Paul, et lui éviter certaines erreurs. Je prends ma casquette de coach. » La dernière fois que Michel a endossé ce rôle précieux, c’était avec un certain François Gabart et pour ce même bateau confié aujourd’hui à Paul Meilhat. On connaît la suite.
 
Agence Mer & Media