22 Juin 2016 - 12h20 • 6962 vues

Partager

Article

Kojiro Shiraishi a désormais toutes les chances de devenir le premier skipper japonais à participer au Vendée Globe. A bord de son plan Farr de 2007, il s’est qualifié de belle manière en terminant 7e de la Transat New York-Vendée.

Nouvelle étape importante dans l’Internationalisation du Vendée Globe : pour la première fois un candidat asiatique est idéalement placé pour être au départ, en novembre prochain. Grâce à une trajectoire très propre et une probante place de septième sur la Transat New York – Vendée, le skipper japonais Kojiro Shiraishi a obtenu sa qualification pour l’Everest des mers à bord de son « Spirit of Yukoh ». Ce plan Bruce Farr de 2007, construit en Angleterre, n’est autre que l’ancien Hugo Boss d’Alex Thomson (qui s’est appelé aussi BT ou encore Veolia). Un bateau polyvalent et très fiable qui, aux mains de Roland Jourdain, avait gagné la Route du Rhum 2010. C’est une très belle machine, encore performante, rachetée voilà quelques mois à Nicolas Boidevézi quand celui-ci a renoncé à son projet de Vendée Globe.
 
© Billy Black / DPPILa qualification de Kojiro Shiraishi n’est pas une mince affaire au pays du Soleil-Levant, si l’on en croit les mots du Président de la Fédération de voile japonaise. Celui-ci salue la future participation de son compatriote au Vendée Globe comme « « la troisième plus grande et bonne nouvelle pour le yachting japonais après l’attribution des Jeux Olympiques à Tokyo en 2020 et la présence de SoftBank Japan sur la Coupe de l’America’s Cup 2017 ».
 
« Un immense plaisir et un grand honneur »
A 49 ans, Kojiro Shiraishi a donc parfaitement réussi son examen d’entrée sportif. Avec humilité et lucidité. A l’arrivée de la Transat New York – Vendée aux Sables d’Olonne, le marin de Tokyo a expliqué : « J’ai réussi à faire cette transat sans rien casser, c’était ma priorité. C’était un immense plaisir et un grand honneur de faire la course bord à bord avec tous les prétendants au titre du Vendée Globe. En l’espace de deux mois, toute l’équipe a très bien travaillé et c’est grâce à elle que tout a été possible. J’ai pu prendre la mesure de mon bateau, je suis en phase avec lui. Je suis presque prêt pour le Vendée Globe. Ce bateau est très rapide et en m’entraînant encore plus, je pourrai aller encore plus vite ». C’est dit : non seulement Kojiro a bien l’intention « d’être le premier Japonais à participer au Vendée Globe et pas le dernier », mais il souhaite aussi être réellement dans la compétition, tenter d’obtenir le meilleur classement possible et pas seulement boucler le tour en mode aventure.
 
Le tour du monde, il connaît !
Son CV nautique explique bien cette motivation. Car Kojiro Shiraishi est loin d’être un parfait inconnu dans le milieu de la course au large, y compris en Europe. On l’a vu © Benoit Stichelbaut/Sea enrôlé voilà quelques années dans les équipages des grands multicoques de Bruno Peyron ou de Lionel Lemonchois, entre autres pour des records de la traversée du Pacifique. Surtout, Kojiro est déjà circumnavigateur : à l’âge de 26 ans, il devenait même le plus jeune marin à réussir un tour du monde en solitaire. Voilà dix ans, il faut également se souvenir qu’il avait terminé deuxième de la Velux Five Oceans 2006, tour du monde en solo avec escales. Il avait bouclé la boucle en 118 jours derrière un certain Bernard Stamm, autre grande figure du Vendée Globe. Faire le tour du monde à la voile en solo, il connaît donc déjà !
 
Enfin, et ce n’est pas seulement anecdotique, Kojiro Shiraishi va représenter une certaine philosophie. Car si son bateau s’appelle « Spirit of Yukoh », c’est en hommage à son mentor, Yukoh Tada. Ce marin légendaire, chauffeur de taxi, saxophoniste et bouddhiste, avait remporté le premier BOC Challenge dans sa catégorie en 1983. Kojiro était un de ses « élèves », jusqu’à ce que Yukoh se donne la mort, en 1991. C’est en sa mémoire aussi que Kojiro Shiraishi veut de nouveau tourner en solitaire autour de la planète bleue. Ce sera forcément une belle histoire. De celles qui peuvent entrer de plain pied dans la mythologie du Vendée Globe.