07 Septembre 2016 - 10h14 • 6103 vues

Partager

Article

Lors des contrôles imposés par la classe IMOCA à tous les participants du Vendée Globe, le mât de faceOcean, le voilier de Sébastien Destremau, s’est brisé en quatre morceaux à Saint-Mandrier (Var). Un incident qui constitue un sévère contretemps à deux mois du départ du tour du monde en solitaire et sans escale. Alex Thomson déplore lui aussi une avarie importante avec la casse d’un foil sur Hugo Boss, son IMOCA de dernière génération.

© 2016-faceOcean« C’est un cauchemar ! Démâter à deux mois du départ du Vendée Globe, je m’en serais bien passé ! » Sébastien Destremau ne cache pas sa déception après l'avarie survenu sur son IMOCA60 la semaine dernière. « Lors de ce contrôle de routine, qui consiste à coucher le bateau à 90°, le hauban (D4) qui tient la tête de mât s’est rompu, entrainant la chute de l’espar.  Ce n’est pas la première épreuve que faceOcean traverse et on n’a pas dit notre dernier mot. Avec notre équipe et les partenaires, nous mettons tout en œuvre pour être au départ le 6 novembre », précise Sébastien qui sera présent à la conférence de presse officielle du Vendée Globe le 14 septembre prochain, au Palais Brongniart, à Paris.

Foil bâbord cassé pour Alex Thomson
A l’issue d’un ultime chantier avant le Vendée Globe, Hugo Boss est sorti de son © Mark Lloyd / HUGO BOSShangar puis a été remis à l’eau. Alex Thomson et son team ont ensuite effectué des essais dans le Solent, au Sud de l’Angleterre, et recueilli des données en vue du tour du monde en solo. L’équipe est satisfaite des performances du bateau. Ceci dit, durant les essais du week-end dernier, le foil bâbord d’Hugo Boss a cassé. Alex explique qu’il naviguait sur une mer calme avec 20 noeuds de vent lorsque l’incident s’est produit. Hugo Boss filait à une vitesse de 26 à 28 noeuds. « Le foil s’est brisé juste à l’extérieur du bateau. Il a fallu stabiliser la situation car le foil bougeait dans tous les sens », raconte Alex Thomson. « Nous allons tirer des enseignements de l’incident qui n'est pas lié à une mauvaise manoeuvre lors de la navigation. Il est évident qu’il y a un problème, peut-être au niveau de la conception ou de la construction. Nous avons gardé le bout de foil cassé pour l’examiner. On voit bien la destruction et la violence de cette casse. Le bloc de carbone est complètement détruit. »
Pour le Vendée Globe, Alex Thomson va revenir à la version 1 des foils. « Ce n'est pas la meilleure des nouvelles », confie Alex. « Mais on sait que cette version est fiable. Ces foils ont déjà parcouru 10 000 milles et nous sommes confiants sur le fait qu’ils rempliront leur rôle. La fiabilité est notre priorité. En ce qui concerne la performance, on ne s’attendait pas à un grand saut en avant avec cette version 2. Nous allons souffrir dans certaines conditions mais ce n’est pas la fin du monde. »