Magazine

Australes

Photo sent from the boat Newrest - Matmut, on January11th, 2017 - Photo Fabrice AmedeoPhoto envoyée depuis le bateau Newrest - Matmut le 11 Janvier 2017 - Photo Fabrice AmedeoSunset

Marion, Prince-Édouard, Crozet, Amsterdam, Saint-Paul, Kerguelen… Perdues au milieu de nulle part, blotties au cœur des Quarantièmes Rugissants qui meuglent leurs bourrasques de pluie, de grêle et de neige, bordées de falaises granitiques ou volcaniques tombant à-pic dans l’océan Indien, peuplées d’éléphants de mer et d’otaries, de manchots et de gorfous, de pétrels et d’albatros, ces îles australes et antarctiques ont fait rêver explorateurs et scientifiques, aventuriers et entrepreneurs du 18ème au 20ème siècle, mais n’ont apporté que malheurs, naufrages, morts, déceptions, relégations, pénitences, drames, désolations…

Mais ces terrifiantes histoires ne doivent pas cacher la réalité de ces îles australes qui conservent une virginité et une pureté incroyables après tant d’années de tentatives de colonisation qui ont aussi apporté certaines mauvaises pratiques de l’homme « civilisé » : des rats, des lapins, des rennes, des mouches, des chiens, des chats, des moutons, des vaches… peuplent désormais certaines îles, y faisant parfois de gros dommages. Intégrés aux TAAF (territoire des Terres Australes et Antarctiques Françaises) depuis le 6 août 1955, Kerguelen, Crozet, Saint-Paul et Amsterdam accueillent dorénavant environ 400 scientifiques en mission et 250 militaires, desservis par le navire Marion Dufresne 2 qui effectue plusieurs rotations d’un mois pour ravitailler les bases australes. Peu d’endroits au monde abritent encore des populations animales de l’importance de celles des TAAF : manchot empereur, grand albatros, manchot royal, éléphant de mer, otarie d’Amsterdam, pétrel géant, skua, gorfous, sternes… qui se comptent par milliers suivant les saisons et les espèces.

 

 

Snap code

Retrouvez-nous sur Snapchat
vendeeglobe2016