Un jour, un livre...

Journal ou description du merveilleux voyage de Guillaume Schouten

ON BOARD FONDATION OCEAN VITAL / SKIPPER : RAPHAEL DINELLI (FRA)
© RAPHAEL DINELLi / FONDATION OCEAN VITAL / Vendée Globe

« Le 25 octobre, ayant le même vent, poursuivîmes notre même course. Jusqu’à ce temps-là, nous avions navigué sans qu’aucun de nos gens s’avouât l’intention du voyage, excepté notre maître du navire et administrateur, Guillaume Schouten, et le commis Jacques Lemaire. Alors, à nous tous, fut déclarée l’entreprise de notre voyage, à savoir que nous ferions notre devoir pour trouver un autre passage que le détroit de Magellan pour entrer dans la mer du Sud et découvrir de nouvelles terres et îles vers le sud, là où on trouverait, selon l’opinion d’aucuns, grandes richesses et si cela ne succédait pas à notre désir que alors nous naviguerions par la mer du Sud ès Indes orientales. Tous nos gens étaient réjouis à cause de cette déclaration, qui savaient à cette heure-là où on les menait, espérant chacun de profiter quelque chose d’un tel bon voyage.

Le premier jour de novembre 1615, passâmes au-dessous du soleil et trouvions sur le midi le soleil au nord de nous.

(…) Nous découvrîmes la terre à la côte dextre du navire et n’était qu’une grande lieue de nous et touchant le fond à 40 toises, ayant le vent ouest, le pays s’étendait vers l’est-quart au sud, avec de très hautes montagnes toutes couvertes de neige, nous naviguâmes le long de la côte environ le midi, venions sur la fin de ladite terre et vîmes un autre pays vers l’est, lequel était aussi fort haut et montagneux. Ces terres étaient l’une de l’autre éloignées selon notre opinion environ huit lieues et ressemblaient à notre vue que là, entre deux, il y avait un bon passage et ce que plus fortifiait notre opinion était que le navire allait d’un grande raideur vers le sud entre les deux terres. Sur le midi, nous trouvâmes à la hauteur de 54°46’ et flottâmes cette nuit avec petit vent et forte marée vers le sud. Nous vîmes en cet endroit un nombre quasi infini de pingouins et si grande multitude de baleines que, continuellement et sans cesse, il nous fallait prendre garde de tourner le navire çà et là et ne heurter à leur encontre les grands monstres marins. »

 

Extrait par DBo. du livre de :

Schouten & Lemaire - Journal ou description du merveilleux voyage de Guillaume Schouten, Hollandais natif de Hoorne, fait en l’an 1615, 16161, 1617, comme il a découvert vers le sud du détroit de Magellan un nouveau passage jusqu’à la grande mer du Sud faisant le tour du globe terrestre - Éditions Ianfon

 

Snap code

Retrouvez-nous sur Snapchat
vendeeglobe2016