28 Décembre 2016 - 17h29 • 19322 vues

Partager

Article

Le skipper irlandais Enda O'Coineen se dirige vers l’île Stewart (Nouvelle-Zélande), qui se trouve à 360 milles de sa position. O'Coineen qui était en onzième position, cherche à effectuer un certain nombre de réparations avant de reprendre la course. L’île Stewart se trouve à 19 milles au sud de la pointe méridionale de l’île de Sud et fait déjà partie de la légende du Vendée Globe. C'est sur cette île en effet qu’Yves Parlier avait fait escale pendant dix jour pour mettre en place un gréement de fortune, lors de l’édition 2000-2001.

Suite à un certain nombre de problèmes techniques, notamment avec son rail de grand-voile et son pilote automatique, Enda O’Coineen a décidé de mettre sa course entre parenthèse et de mettre le cap sur l’île Stewart* située au sud de la Nouvelle-Zélande. Le skipper de Kilcullen Voyager-Team Ireland va se mettre au mouillage et tenter de réparer au plus vite, afin de reprendre sa course. Il a évoqué cet après-midi la possibilité de perdre 2 ou 3 jours. Actuellement il avance avec un vent de NNO de 25-30 nœuds et devrait arriver à l’île Stewart jeudi en fin de journée ou vendredi matin. 

Joint ce midi à la vacation radio, l’Irlandais Enda O’Coineen (Kilcullen Voyager-Team Ireland) déclarait : “Ces avaries sont la conséquence de trois semaines passées dans l’océan Indien. J’ai rencontré plusieurs petits soucis mais qui réunis engendrent un problème plus important. J’ai un souci avec mon pilote automatique, le rail de grand-voile et les moyens de communications du bateau. J’ai donc décidé de faire escale à l’île Stewart situées au sud de la Nouvelle-Zélande et qui offre un meilleur mouillage. Ce n’est pas pour autant la fin de la course. J’effectuerai les réparations à ma vitesse dès que je serai. Si je perds quelques jours, tant pis, mais j’espère pouvoir effectuer ces réparations. J’ai encore de la route à faire avant l’île Stewart. C’est vraiment le dernier endroit où faire escale avant le Pacifique. Je choisis la prudence. Il faudra recalibrer le pilote automatique. Le logiciel a été corrompu. Au niveau de la barre de flêches, il y a un morceau de 45 cm du rail qui se détache. Pour réparer le rail il va falloir grimper au mât. J’avance avec mes soucis de communications. Chaque problème seul n’est pas trop sérieux, mais ensemble ils deviennent un problème majeur.”

Photo sent from the boat Kilcullen Voyager - Team Ireland, on December 2nd, 2016 - Photo Enda O'CoineenPhoto envoyée depuis le bateau Kilcullen Voyager - Team Ireland le 2  Décembre 2016 - Photo Enda O'CoineenIsland Tristan da Cunha

 

 
Current Time 0:00
Duration Time 0:00