Actualité

Changements de tempo

Photo sent from the boat Foresight Natural Energy, on January 1st, 2017 - Photo Conrad ColmanPhoto envoyée depuis le bateau Foresight Natural Energy le 1er Janvier 2017 - Photo Conrad ColmanNice time sail trim 2

Les trois solitaires qui se sont faits blackbouler dans le Pacifique sont de nouveau opérationnels : le néo-Zélandais Conrad Colman (Foresight Natural Energy) a réussi à récupérer son étai et à le remettre en place en changeant son axe de fixation. Le Suisse Alan Roura (La Fabrique) a encore quelques bricoles à faire sur le safran qu’il a changé en mer tandis que l’Espagnol Didac Costa (One Planet-One Ocean) s’occupe de sa grand-voile déchirée. Quant à l’Irlandais Enda O’Coineen (Kilcullen Voyager-Team Ireland), il n’est plus qu’à 35 milles de Dunedin et devrait se faire remorquer prochainement pour rallier le port néo-zélandais. Ne reste plus que Sébastien Destremau (TechnoFirst-faceOcean) qui est encore au corps-mort en Tasmanie.

Un alizé mollasson

À moins de 750 milles de l’équateur, Armel le Cléac’h (Banque Populaire VIII) a accéléré mais les alizés de l’hémisphère Sud restent assez modérés et le solitaire ne peut dépasser les vingt nœuds, comme cela avait été le cas lors de la descente de l’Atlantique… Cette situation semble faire son affaire car son tenace poursuivant ne peut bénéficier du surcroît de puissance de son foil bâbord : Alex Thomson (Hugo Boss) à 300 milles commence à profiter d’un vent d’Est qui bascule doucement vers le Sud-Est, mais cela n’est pas encore suffisant pour revenir sensiblement sur le leader. Il lui faudra attendre le passage de l’équateur où le Pot au Noir va ralentir le premier, un Pot au Noir semble-t-il assez étendu au large du Brésil.

Pour Jérémie Beyou (Maître CoQ), les alizés c’est maintenant. Mais ils sont encore orientés au Nord-Est et le Breton est au près pour la journée avant de commencer à ouvrir ses voiles et à accélérer. Et 500 milles dans son tableau arrière, le match à trois est très ouvert : Jean-Pierre Dick (StMichel-Virbac) devrait perdre quelques milles ces prochaines heures car Yann Éliès (Quéguiner-Leucémie Espoir) et Jean Le Cam (Finistère Mer Vent) vont avoir un peu plus de pression et un meilleur angle : le delta de cinquante milles d’hier soir pourrait ainsi se réduire à peau de chagrin…

Quant à Louis Burton (Bureau Vallée), après un passage du cap Horn musclé et un vent peu coopératif du côté de l’île des États, il est désormais porté par un flux de secteur Sud qui va le suivre un bon bout de temps : une remontée expresse de l’Atlantique Sud est donc au programme du septième solitaire. Car le prochain à viser le détroit de Drake n’est autre que Nándor Fa (Spirit of Hungary) qui a encore un millier de milles à parcourir. Enfin du côté du peloton, le Pacifique est bien moins violent que ces derniers jours et le trio Arnaud Boissières (La Mie Câline), Fabrice Amedeo (Newrest-Matmut), Alan Roura longe la ZEA (Zone d’Exclusion Antarctique) tandis que l’Américain Rich Wilson (Great America IV) reste 300 milles plus au Nord sur une route moins exposée.

 

DBo. / M&M

 

Snap code

Retrouvez-nous sur Snapchat
vendeeglobe2016