Actualité

Passing-shot ?

Spirit of Hungary, skipper Nandor Fa (HUN) Aerial illustration of start of the Vendee Globe, in Les Sables d'Olonne, France, on November 6th, 2016 - Photo Vincent Curutchet / DPPI / Vendée GlobeSpirit of Hungary, skipper Nandor Fa (HUN) Vue aérienne du

En montant au filet du Pot au Noir, le skipper de Banque Populaire VIII s’est repositionné avec un joli « passing-shot » par l’Est et peut espérer marquer le dernier point aux Sables d’Olonne lors du grand « slice » final malgré la dépression canarienne qui perturbe le schéma habituel d’une remontée de l’Atlantique Nord. Pour contrôler l’amorti équatorial, le leader s’est recalé dans le coin droit du terrain : Armel Le Cléac’h a ainsi glissé de 55 milles dans l’Est depuis son passage de la ligne, pour se placer sur la trajectoire du coup lifté d’Alex Thomson (Hugo Boss).

Au service pour ce dernier échange, le joueur breton peut contrôler toute volée de son adversaire mais pas un revers « kické » sur un « let » dans le filet des basses pressions qui perturbent l’Atlantique Nord. Car l’anticyclone des Açores revient s’installer sur la trajectoire dès lundi soir lorsque la dépression au milieu de l’océan ce matin, va commencer à imploser sur le tropique du Cancer en se décalant vers l’arc antillais.

Changement de côté

Il n’y a donc toujours pas d’ouverture sur le côté gauche du « court » : le passage vers les perturbations venues de Terre-Neuve est toujours bloqué par ces hautes pressions qui se scindent pour mieux fusionner ensuite… Il va falloir attendre le 7° Nord la nuit prochaine pour que la brise reprenne un peu son souffle après cet échange disputé ! Les deux leaders sont alignés sur la même route avec un décalage en latitude de plus de 150 milles et ce n’est donc qu’en vitesse pure que les duettistes pourront se départager. Avec un coup en faveur d’Armel Le Cléac’h qui peut jouer en fond de court quand Alex Thomson est encore dans le filet du Pot au Noir…

Mais il ne devrait pas y avoir de changement important en cette fin de week-end, si ce n’est peut-être un léger avantage pour le chassé, car normalement les deux navigateurs vont suivre à peu près le même chemin. C’est en abordant le tropique du Cancer (23°N) qu’un léger décalage pourrait se produire quand il faudra franchement entrer dans les hautes pressions. L’anticyclone sera, après avoir virevolté d’Ouest en Est tout le début de la semaine, plus stabilisé au-dessus de l’archipel des Açores sous la poussée d’un train de dépressions avant qu’une autre cellule se forme sur Terre-Neuve barrant obliquement l’Atlantique, des Caraïbes à l’Irlande. C’est seulement en abordant l’anticyclone des Açores qui se sera replié devant l’Espagne, soit à un peu plus de 1 000 milles de l’étrave du leader qu’un retournement hiérarchique pourrait éventuellement se produire… Si ces hautes pressions laissaient traîner au large de l’archipel une métastase qui bloquerait le leader pour la balle de match !

Demie volée au filet

Jérémie Beyou s’approche quant à lui de l’équateur et donc du filet du Pot au Noir. A moins de 500 milles de la ligne de séparation hémisphérique, le skipper de Maître CoQ vise approximativement le même point d’impact que son prédécesseur : le 29°30W. Il semble qu’un couloir de vent zigzague entre les amas de cumulonimbus qui s’égrainent jusqu’au 5°Nord. Mais le solitaire devrait perdre une bonne centaine de milles sur le triumvirat qui est encore à plus de 800 milles de son tableau arrière. Difficile toutefois d’imaginer un retour gagnant puisque si dès le début de la semaine, le Breton sera dans le Pot au Noir alors que Jean-Pierre Dick (StMichel-Virbac) naviguera toujours avec Yann Éliès (Quéguiner-Leucémie Espoir) et Jean Le Cam (Finistère Mer Vent) dans des alizés d’Est reconstruits, il faudra bien aussi au trio traverser cette zone d’ombres et d’incertitudes avec près de trois jours de décalage...

Loin sous le cap Frio, Louis Burton file encore bon train sous la bande dépressionnaire qui l’a poussé depuis les Falkland : dans la journée, le Malouin va continuer à piquer au Nord-Est pour déborder le Brésil en direction de l’anticyclone de Sainte-Hélène… Mais le skipper de Bureau Vallée doit s’attendre à une brise très volage dès la nuit prochaine avant de retrouver un flux de Nord en provenance du Brésil. Et à un peu plus de 200 milles du cap Horn, Nándor Fa (spirit of Hungary) bénéficie de conditions presque idylliques pour embouquer le détroit de Drake la nuit prochaine.

Smash dans le Pacifique

Dans son sillage, Conrad Colman (Foresight Natural Energy) est en train de se faire dominer en bordure du couloir par un Éric Bellion (Commeunseulhomme) survolté par un bon flux de Sud-Ouest qui devrait les accompagner jusqu’aux portes de l’Atlantique. C’est bien moins évident pour les joueurs de double qui les suivent car le terrain est toujours limité par la ligne de la ZEA ! Il faut que Boissières-Amedeo et Roura-Wilson se glissent sous un anticyclone et leur coup droit vers le cap Horn apparaît bien amorti par les faibles brises qui règnent par 54° Sud…

A contrario, c’est un joli smash auquel auront droit l’Espagnol Didac Costa (One Planet-One Ocean) et Romain Attanasio (Famille Mary-Étamine du Lys) qui vont profiter d’une bonne combinaison : une perturbation qui arrive par le Nord et une dépression qui vient de Nouvelle-Zélande. Ils vont revenir comme des balles ! Enfin Pieter Heerema (No Way Back) au large des îles antipodiennes et Sébastien Destremau (TechnoFirst-faceOcean) en mer de Tasman, sont un peu sur le banc mais ils vont aussi bientôt ramasser !

 

Dominic Bourgeois

Snap code

Retrouvez-nous sur Snapchat
vendeeglobe2016