Actualité

Vacation : Louis Burton dans les alizés

Bureau Vallee, skipper Louis Burton (FRA) at start of the Vendee Globe, in Les Sables d'Olonne, France, on November 6th, 2016 - Photo Jean-Marie Liot / DPPI / Vendee Globe

Bureau Vallee, skipper Louis Burton (FRA) au départ du Vendée Globe, aux Sables d'

Louis Burton (Bureau Vallée) : « Je suis allé presque jusqu’au centre de l’anticyclone de Sainte-Hélène pour aller chercher la bascule de vent et ça s’est pas mal combiné : certes, c’est encore un peu mou mais ça a commencé à repartir en milieu de nuit. Maintenant, c’est plutôt pas mal avec une belle lune, un alizé qui commence à s’établir à 15-18 nœuds d’Est. Le bateau marche bien à 14-15 nœuds : comme dit Jean-Pierre Dick, c’est « easy sailing » !

Il y a un comblement du Pot au Noir qui se profile, du coup je devrais y être dans trois à quatre jours… Ça devrait bien se passer surtout que derrière, l’alizé sera plutôt orienté Nord-Est : ce sera du près mais je vais chercher à débrider en visant les bancs de Terre-Neuve au début afin d’être rapide pour toucher les vents de Sud d’une dépression qui devrait me donner des vents assez forts pour m’amener jusqu’aux Sables d’Olonne. Ce serait idéal !

Il faut que je fasse attention aujourd’hui car je croise la route d’une course entre Cape Town et Rio de Janeiro : il y a pas mal de bateaux sur l’eau et il faut rester vigilant. C’est assez tranquille cette phase dans l’alizé, de la navigation fluide, sur une belle mer avec du beau temps et une belle lune. C’est un sacré contraste avec le Grand Sud. Certes, je suis un peu isolé entre Nándor Fa derrière et le duo Le Cam-Éliès devant : ça enlève un peu de piquant mais cela a l’avantage de ne pas mettre de pression, de pouvoir faire avancer le bateau en sécurité et de rester vigilant. Il faut juste être concentré. J’ai eu un mail de Clément Surtel en direct du trimaran IDEC : c’est un cousin de Servane (Escoffier) et j’ai eu l’occasion de le féliciter pour leur performance. »

 

Alex Thomson (Hugo Boss) : « Je réduis un peu l’écart par rapport à Armel car il est entré dans la cellule anticyclonique. Je le suis et ma vitesse chute aussi à quatre nœuds. C’était prévu et cela va continuer pendant une journée. J’espère être mieux positionné à l’Ouest pour profiter d’un petit peu plus de vent que lui. Après les vents faibles, on aura une brise de Sud-Est, ce qui nous permettra d’accélérer et de dépasser les vingt nœuds. On aura ces vitesses-là jusqu’aux abords de la Manche et nous ne serons pas loin l’un de l’autre. Ensuite il va falloir traverser une dorsale. D’ici six jours, les prévisions peuvent évoluer… Le résultat dépendra de comment j’avance dans cette zone de vents faibles. Pour gagner la course, je crois qu’il va falloir que je sois devant lui dès cette dorsale. Le premier à en sortir pourra creuser l’écart sur les dernières centaines de milles. » 

Snap code

Retrouvez-nous sur Snapchat
vendeeglobe2016