Actualité

Le Cléac’h conserve le ballon, belle défense de Thomson

Banque Populaire VIII, skipper Armel Le Cleac’h (FRA) Aerial illustration of start of the Vendee Globe, in Les Sables d'Olonne, France, on November 6th, 2016 - Photo Vincent Curutchet / DPPI / Vendée Globe

Banque Populaire VIII, skipper Armel Le Cleac’h

Ils ont dépassé la latitude des Sables d’Olonne et naviguent désormais 350 milles au large… de la baie de Douarnenez. Drôle de chemin pour rallier la Vendée. Armel Le Cléac’h et Alex Thomson sont contraints de remonter très nord pour ne pas se faire piéger dans les calmes d’un anticyclone qui se déplace lentement vers l’Irlande. Après 48h d’une grande cavalcade à plus de 20 nœuds de moyenne, les vitesses des deux Imoca diminuent. Armel fut le premier à ralentir ce midi : moins de 13 nœuds contre 16 nœuds pour Alex. Voici donc les dernières heures où le Britannique peut encore se refaire la cerise ! Les skippers vont probablement remonter quasiment jusqu’aux îles Scilly pour attraper la bascule du vent au Nord-Est avant de redescendre le long de la Bretagne, terrain bardé de courants, de bateaux de pêche et de cailloux. Jusqu’au bout, les deux champions devront rester vigilants. Arrivée du premier estimée : jeudi 19 janvier entre 10h et 14h.

Jean-Pierre Dick menacé
A plus de 800 milles de la tête de flotte, à la latitude de Madère, Jérémie Beyou sur Maître CoQ, 3e, n’a plus vraiment de souci à se faire pour garder cette place sur le podium. « Le duel en tête, c’est ce que j’aurais aimé faire avec Jérémie, mais je suis ralenti et ceux de derrière (Jean Le Cam et Yann Eliès ndlr) reviennent comme des boulets de canon » soulignait le skipper de StMichel-Virbac à la vacation. Le Niçois voit son avance de 300 milles qu’il avait il y a trois jours fondre comme neige au soleil : à moins de 120 milles de son tableau arrière, Jean Le Cam (Finistère Mer Vent) et Yann Eliès (Quéguiner-Leucémie Espoir), toujours au coude à coude, s’accrochent. Jusqu’aux Sables d’Olonne, ce trio devrait nous faire vibrer.

Nandor Fa se fait la malle
Derrière Louis Burton (Bureau Vallée) qui commence à sentir les prémices du Pot au Noir mais qui ne devrait pas y rester bien longtemps, Nandor Fa (Spirit Of Hungary) est en train de faire le break. Le Hongrois navigue désormais dans les alizés tandis que Conrad Colman (Foresight Natural Energy), 10e, et Eric Bellion (CommeUnSeulHomme), 9e, mangent leur pain noir : ils débutent une cession de quatre jours au près dans des vents forcissants.

Sébastien Destremau à 2 700 milles du cap Horn
Le Horn derrière eux, Fabrice Amedeo (Newrest-Matmut), Arnaud Boissières (La Mie Câline), Alan Roura (La Fabrique) et Rich Wilson (Great American IV) ne sont pas mécontents de retrouver une météo moins sauvage. Mais les dépressions n’ont pas encore dit leur dernier mot !
Dans le Pacifique, tandis que Didac Costa (One Planet One Ocean) et Romain Attanasio (Famille Mary-Etamine du Lys) divorcent (plus de 100 milles d’écart) et ne se trouvent plus dans le même système, Sébastien Destremau (TechnoFirst-faceOcean) peste d’avoir concédé 300 milles à Pieter Heerema (No Way Back) : le Méditerranéen est englué dans une molle et ne peut s’empêcher de penser aux arrivées prochaines alors qu’il lui reste 2 700 milles à parcourir pour atteindre le cap Horn !

Olivia Maincent / M&M

Snap code

Retrouvez-nous sur Snapchat
vendeeglobe2016