Actualité

Jérémie Beyou attendu entre 20h et 21 h sur la ligne, 22h45 dans le chenal

Onboard image bank while training for the Vendee Globe of IMOCA Maitre COQ, skipper Jeremie Beyou (FRA), off Belle-Ile, on September 23rd, 2016 - Photo Eloi Stichelbaut / Maitre Coq / Vendee GlobeImages embarquées de Jeremie Beyou (FRA), skipper Maitre

C’est pour quand la ligne d’arrivée et la remontée du chenal de Jérémie Beyou ? Les réponses à la grande question viennent d'évoluer, à 10h ce matin. Maître CoQ devrait donc franchir la ligne d’arrivée entre 20h et 21h ce lundi soir. La remontée du chenal des Sables d’Olonne aura lieu dans la foulée dès que la marée le permettra, c'est à dire à 23h ce soir. Jérémie sera ainsi sur le podium du village aux environs de minuit. Heureusement pour lui, après avoir bien galéré dans la pétole ce week-end, il a largement assez d’avance (plus de 630 milles) pour ne plus être inquiété et se saisir ce soir de cette troisième place du Vendée Globe, formidable récompense de son combat. Au passage, sachant qu'on en terminera ce midi avec le 78e jour de course, Jérémie Beyou sera aussi le quatrième marin à passer sous la barre des 80 jours, après donc Armel Le Cléac’h, Alex Thomson et François Gabart en 2012.

Jean-Pierre Dick à 23 noeuds !

Heureusement pour lui donc car ça bombarde du 4e au 6e. Dans du vent de Sud-Ouest de 20 à 25 nœuds, Jean-Pierre Dick (StMichel-Virbac) marche à près de 23 nœuds de moyenne ! Il a couvert 446 milles ces dernières 24 heures, soit quatre fois plus que Maître CoQ. Ses deux compères Yann Eliès (Quéguiner-Leucémie Espoir) et Jean Le Cam (Finistère Mer Vent), sont un peu moins rapides et un peu plus Sud. Clairement, Jean-Pierre a pris du terrain sur Yann qui en a pris sur Jean. Tous trois sont attendus après-demain mercredi dans la journée, à quelques heures d’intervalle. Ce sera probablement juste pour être eux-aussi sous les 80 jours puisque cette barre symbolique tombera à 13h02 mercredi, mais il y a encore une petite chance. Surtout, le combat entre les trois s’annonce toujours magistral d’ici là, même si Jean-Pierre a pris une option et que Yann semble un petit peu mieux placé que Jean pour conquérir la 5e place.

Louis Burton le 1er février ?

Environ 600 milles dans l’Ouest du Cap Vert, Louis Burton, lui, poursuit son bonhomme de chemin qui devrait l’emmener sans problème (sauf casse, évidemment) vers la 7e place, puisque Bureau Vallée possède plus d’un millier de milles d’avance sur le Hongrois Nandor Fa (Spirit of Hungary). Il reste environ 8 jours de mer à couvrir pour Louis Burton qui devrait être aux Sables d’Olonne le 31 janvier ou le 1er février. Nandor Fa, 8e, est lui à 470 milles de l’équateur et devrait faire son retour dans l’hémisphère Sud demain soir. Il devrait ensuite bénéficier d’un Pot au Noir relativement peu actif. Près des côtes brésiliennes, moins de 200 milles au large de Rio, Eric Bellion (CommeUnSeulHomme) peine un peu à progresser vers le Nord, mais conserve près de 200 milles d'avance sur le Néozélandais Conrad Colman (Foresight Natural Energy), dixième. Arnaud Boissières et Fabrice Amedeo, 600 milles derrière eux et plus à l’Est, ont-ils une chance de gagner leur pari de revenir sur ces deux-là ? Rien n’est impossible (au passage La Mie Câline a repris cette nuit la 11e place à Newrest-Matmut), mais pour le groupe des quatre qu’ils composent avec le Suisse Alan Roura (La Fabrique) et l'Américain Rich Wilson (Great American IV), il faudra encore s’extirper des griffes de l’anticyclone de Ste-Hélène. Les alizés bien stables sont encore un millier de milles plus au Nord qu’eux. Dans le Nord des Malouines, Didac Costa (One Planet One Ocean) a gagné un peu de terrain sur Romain Attanasio (Famille Mary-Etamine du Lys) qui a eu droit à une première partie de nuit très peu ventée et donc de faibles vitesse. Didac a 130 milles d’avance sur Romain. Enfin, le Hollandais Pieter Heerema (No Way Back) n’est plus qu’à 440 milles du cap Horn et Sébastien Destremau (TechnoFirst-FaceOcean) ferme toujours la marche en 18e position, à 1500 milles du cap dur. Si vous n’avez pas encore vu la vidéo hilarante où Sébastien montre le message « Armel, ne m’attends pas pour dîner », elle est toujours en ligne.

Bruno Ménard / Mer et Media

 

Snap code

Retrouvez-nous sur Snapchat
vendeeglobe2016