Un jour, un livre...

Les mythes grecs

« Zeus, Poséidon et Hadès, après avoir détrôné leur père Cronos, tirèrent au sort pour la souveraineté du ciel, de la mer et de l’obscur monde souterrain (la terre avait été laissée à la disposition de tous). Zeus tira le ciel, Hadès le monde souterrain et Poséidon la mer. Poséidon, qui est l’égal de son frère quant à la magnificence, avait moins de pouvoir que lui ; il était d’un caractère bourru et querelleur ; il se mit aussitôt à bâtir son palais au fond de la mer au large d’Aegée, port béotien. Dans ses vastes écuries, il possède pour ses chars des chevaux blancs à la crinière d’or et aux sabots d’airain ainsi qu’un chariot d’or à l’approche duquel les tempêtes s’apaisent instantanément tandis que les monstres marins surgissent hors de l’eau et l’entourent en dansant.

(…) Hellen, fils de Deucalion, épousa Orséis et se fixa en Thessalie où son fils aîné Éole lui succéda. (…) Il avait pris la mer avec quelques-uns de ses amis et, voguant vers l’ouest, il prit possession des sept îles Éoliennes de la mer Tyrrhénienne où il devint célèbre comme confident des dieux et gardien des vents. Il résidait à Lipari, île flottante aux rochers escarpés, où les vents étaient enfermés. (…) Zeus avait enfermé les vents parce qu’il pensait que si on ne les surveillait pas, ils seraient capables un jour d’emporter le ciel et la terre, et c’est Éole qui eut la charge de les garder comme le souhaitait Héra. Sa fonction était de les laisser sortir un par un, selon son gré ou à la demande expresse d’un dieu de l’Olympe. Lorsqu’on avait besoin d’une tempête, il plongeait sa lance dans le roc et les vents sortaient en grondant du trou qu’il avait fait jusqu’à ce qu’il le bouchât à nouveau. Éole était si prudent et si expert que lorsque l’heure de sa mort fut venue, Zeus ne le relégua pas au Tartare, mais l’installa sur un trône dans l’Antre des Vents où il se trouve encore. Héra soutient Éole et déclare que ses fonctions lui donnent droit de prendre part aux festins des dieux ; mais les autres habitants de l’Olympe, en particulier Poséidon qui revendique la propriété de la mer et de tout ce qui se trouve au-dessus et conteste à quiconque de le droit de faire naître des tempêtes, le considèrent comme un intrus. »

 

Extrait par DBo. du livre de :

Robert Graves - Les mythes grecs - Éditions Fayard (Le Livre de Poche)

Snap code

Retrouvez-nous sur Snapchat
vendeeglobe2016