04 juin 2020 - 11h:26 • 3252 vues

Partager

Article

Ambiance fébrile et déconfinement actif au cœur de la base des sous-marins. A bord des 11 monocoques basés à Lorient*, équipes techniques et skippers ont désormais le regard tourné vers la fiabilisation des bateaux au grand large.

Après ces longues semaines de chantier en équipes réduites, ou d’arrêt total pour certains teams, les mises à l’eau des IMOCA se sont succédé depuis le 5 mai (Corum L’Epargne). La navigation reprend maintenant ses droits dans le respect des règles : pas plus de quatre à bord et masque obligatoire. « Tout le monde a le sourire, les gars sont surmotivés ! » lance Alan Roura, skipper de La Fabrique, mis à l’eau le 28 mai dernier après un long, très long chantier d’hiver qui aura duré jusqu’au printemps, confinement oblige. C’est donc paré de sa nouvelle décoration et largement optimisé que le monocoque La Fabrique s’apprête à reprendre la mer. « L’idée maintenant, c’est de naviguer au maximum y compris les week-ends pour rattraper les jours perdus », confie Alan qui ne cache pas son impatience et son énorme envie « de foncer tête baissée ».

Météo de rêve pour une reprise

L’activité est donc intense sur les pontons de Lorient-La Base ou de Kernevel, là où le dernier-né des IMOCA, Corum L’Epargne, a posé ses amarres, un peu éloigné des petits copains. Sous le soleil exactement, les vélos, trottinettes ou skateboards défilent entre les hangars et les bateaux ; les voiles se hissent, les techniciens grimpent au mât, un ballet incessant du matin au soir… sauf ces derniers jours où un chaud vent d’est a soufflé. « Place à la navigation ! On sort en mer le plus souvent possible à 4 personnes pas plus, alors que d’habitude, on est 6 ou 7 », explique Thomas Ruyant, le skipper de LinkedOut, hyper confiant sur son plan Verdier renforcé structurellement, optimisé ergonomiquement et qui sera doté en août prochain d’une paire de nouveaux foils. « L’idée, c’est aussi de se confronter aux autres, pour toujours progresser. Je vais participer au stage à Port-La-Forêt mi-juin. J’aimerais également pouvoir m’entraîner dans du vent fort, ce qui n’est pas vraiment le cas en ce moment même si c’est bien agréable ! », ajoute le Dunkerquois d’origine.

Retrouvailles

Oui, ce déconfinement a comme un air de retrouvailles. Les sourires sont visibles malgré les masques, préparateurs et skippers sont heureux de se cogner les coudes, d’échanger. L’échéance de la prochaine Vendée – Arctique –Les Sables d’Olonne (départ le 4 juillet) approche et tous ont le même objectif : naviguer, encore naviguer, s’attaquer enfin à la compétition et renouer concrètement avec leur campagne pour le Vendée Globe.
Juste avant de partir naviguer sur son Newrest – Art & Fenêtres dont l’équilibre des poids et l’ergonomie ont encore été améliorés ces dernières semaines, Fabrice Amedeo confie : « C’est assez génial, le confinement nous a beaucoup rapprochés entre skippers. Avec cette réunion hebdomadaire organisée par la classe IMOCA, cela nous a permis de mieux nous connaître, de mieux comprendre certains projets. L’ambiance sur les pontons de Lorient-La Base est excellente. »

Samantha Davies (Initiatives-Cœur) confirme : « On sent tout le monde hyper heureux de retourner travailler en ayant des objectifs. C'est une énorme motivation que d'avoir une vraie compétition en vue. Tout le monde se presse pour remettre à l'eau, on rattrape les deux mois perdus ». La navigatrice a enfin passé 24 heures en mer sur son Initiatives-Cœur. Sa première nuit sur l’eau… depuis la dernière Transat Jacques Vabre.

* Les 11 Imoca du Vendée Globe basés à Lorient : Charal, Corum L’Epargne, Banque Populaire X, Initiatives-Cœur, DMG Mori, LinkedOut, Prysmian Group, La Fabrique, MACSF, Seaexplorer-Yacht Club de Monaco et Newrest – Art & Fenêtres.