31 Octobre 2020 - 17h36 • 8474 vues

Partager

Article

Le village du Vendée Globe a donc fermé ses portes jeudi à 23h59. Les skippers ont définitivement déserté les lieux ce samedi pour se confiner en solitaire ou en famille. Désormais, seules les équipes techniques et l’organisation travaillent sur place.

Hier encore et ce matin, une dizaine d’IMOCA a effectué une ultime sortie en mer avant le grand départ dimanche prochain. À l’image de Didac Costa, Romain Attanasio, Jean Le Cam, Damien Seguin, Sébastien Destremau ou Jérémie Beyou, les marins se sont dégourdis les jambes et ont contrôlé une toute dernière fois leur machine avant de rentrer en isolement. Programme de la semaine : météo, sport dans un rayon de 1 km, méditation pour certains, bonne cuisine pour d’autres, bain familial et concentration sur le départ de la course pour tous.

Une atmosphère inhabituelle

Les 33 IMOCA sont prêts, en configuration départ pour la plupart : avitaillement, vêtements, eau, gasoil ont été embarqués. Sur le pont des monocoques, seuls quelques préparateurs s’activent sur des petits détails. « On pourrait partir demain ! », confiait Arnaud Boissières avant de rentrer chez lui à la Chaume pour 7 jours. Le large ponton est désert, silencieux. Ne résonnent que les voix des femmes et hommes de l’ombre, le cliquetis des winches, les roulements à billes des chariots, le frottement d’une voile sur une plage avant…

 

© Vincent Curutchet / Alea / VG2020

Ils ont dit sur le ponton du Vendée Globe

Stéphane Le Diraison, Time for Oceans

« Nous faisons une visio tous les jours à 11h30 avec l’équipe technique pour que je puisse participer aux dernières petites bricoles. Ma famille est confinée avec moi, ce qui me permet de me sentir bien entouré dans cette période de préparation déterminante car c’est la dernière ligne droite. Tous les jours, je travaille la météo, je fais une séance de sport d’une heure et une séance de méditation. Je garde un peu de temps pour la promenade d’une heure autorisée pour prendre l’air et garder le moral intact. »


Romain Attanasio, Pure-Best Western® Hotels & Resorts

« Je me confine à partir de ce midi. Je finissais certains petits détails sur le bateau ce matin avec mon équipe. J’ai fait mon test PCR et je rentre à Port-la-Forêt. Nous revenons aux Sables jeudi avec Sam, donc Ruben retournera à l’école à ce moment-là avec ses grands-parents. Tout est planifié dans le calendrier pour la semaine. On a des rendez-vous médias via Zoom. Nous allons travailler la météo ensemble même si les routages changent entre nous deux car Sam a un bateau plus rapide que le mien. »
 

Gaby Boucau – Préparateur composite – CORUM L’Epargne

« Nico (Troussel) a fait sa dernière navigation il y a deux jours et il devra retrouver le bateau dans l’état dans lequel il l’a quitté. Aujourd’hui, on peaufine, on modifie, mais on est sur du petit détail. Beaucoup diraient que le bateau est déjà prêt. »
 

Hugo Chartier  - Relai communication et logistique - CORUM L’Epargne

« Concernant l’avitaillement, je suis en train de repacker la viande et le fromage ! On a attendu le plus possible pour voir tout ce qui sera vraiment utile sur la course et Sébastien Josse a beaucoup aidé, grâce à son expérience, pour être le plus juste possible à ce sujet. »
 

Lucas Montagne – Électronique, informatique, électrique – LinkedOut

« Aujourd’hui, il ne reste rien à faire sur le bateau. Il est prêt. C’est du détail, je suis là pour éviter de me stresser, j’ai besoin d’être à bord pour vérifier des choses que j’ai déjà vérifiées hier, et ça va être comme ça jusqu’au départ. »
 

Stuart Mac Lachlan – Boat Captain – Seaexplorer - Yacht Club de Monaco

“Nous sommes très relax et prêts pour le départ. Le bateau est prêt, tout est embarqué,  nous sommes sereins. Nous devons juste encore contrôler la propreté, être heureux et se détendre ! »
 

Thomas Cardin – Boat Captain – OMIA - Water Family

« Là, je fais des réglages sur les voiles car on s’est rendu compte que certaines voiles étaient mieux un peu plus basses. Un bateau n’est jamais fini, on est sur du détail, aujourd’hui tout est fini. On va charger la nourriture et le matériel de spare, tout est prêt dans le hangar. Et puis ensuite, on va vérifier tout au long de la semaine que tout fonctionne bien."
 

© Vincent Curutchet / Alea / VG2020

 

La rédac du Vendée Globe / Olivia Maincent

 

 

 

 

 

 

La rédac du Vendée Globe/OM/ML