14 Novembre 2020 - 13h08 • 60285 vues

Partager

Article

Le skipper de Charal a remonté le chenal en début d’après-midi. Son équipe s'apprête à évaluer l'étendue des dégâts avant de procéder à d'éventuelles réparations. 

Vers 12h40, alors que Charal était à 3,2 milles du ponton, une partie de l’équipe technique du bateau est montée à bord du monocoque. Des dizaines de curieux s’étaient massés sur la jetée afin de l’applaudir. Ils étaient également nombreux, tout au long du chenal, à saluer son passage. Le skipper, masqué, semblait particulièrement ému face aux messages de soutien. "Allez Jérem'" entend-t-on notamment ainsi que des fans qui lui lancent : "tu répares et tu repars", "c'est pas fini". 

Dans l’équipe technique de Charal, ils sont une quinzaine, à avoir fait le déplacement. Dès que le bateau sera amarré, ils vont réaliser un premier check complet du bateau avant d’envisager des réparations. Jérémie Beyou, lui, répondra aux questions de la presse avant d’être isolé afin de respecter la « bulle sanitaire » mise en place par les organisateurs.

« Je pense que depuis deux jours, Jérémie a commencé à digérer cette déception et à commencer à se projeter, expliquait il y a quelques minutes Yann Eliès, invité du Vendée Live. Depuis quatre ans, il est dans un espace-temps particulier avec la préparation du Vendée Globe. Là, tout est tombé à l’eau. Il faut qu’il parvienne à retrouver un objectif, rester dans sa bulle de marin et repartir ». S’il souhaite rester « en course », Jérémie Beyou a jusqu’à mercredi prochain, 14h20, pour repartir.