15 Novembre 2020 - 19h50 • 48732 vues

Partager

Article

Ils ont enfin pu souffler ! Après une semaine particulièrement éprouvante, les skippers du Vendée Globe ont profité d’un peu de répit. Douche, repas copieux, boisson chaude, rangement, musique… Voici comment ils ont savouré, chacun à leur manière.

Alan Roura affichait la mine des beaux jours. À bord de La Fabrique, le skipper s’est offert sa première douche. « Elle était fraîche mais j’en avais besoin ! » Et pour y parvenir, sa technique est rôdée : «  j’ai fait ça dans le cockpit avec le "snorkel" en mode remplissage branché sur les ballasts. Après c’est un litre d’eau douce pour se rincer et c’est reparti pour une semaine ! »


Boris Herrmann, lui aussi, assure que « la vie est belle » à bord de Seaexplorer - Yacht Club de Monaco. « J’ai pu ranger le bateau, je me suis fait un petit apéro le soir, j’ai appelé des copains ! J’ai mangé des petits biscuits, un peu de fromage. J’ai mis mon ciré tout à l’arrière du bateau dans un petit coin, je ne vais pas le toucher pendant une bonne semaine je pense. Il ne fait pas trop chaud, c’est la température idéale. Je vois les étoiles là, c’est vraiment beau ! »

Les effluves des petits bonheurs de la terre

Charlie Dalin reconnaît dans le Vendée Live qu’il a passé « sa meilleure nuit » à bord d'Apivia depuis le début de la compétition. Damien Seguin (Groupe Apicil) aussi a pu « dormir 7h en fractionné ». Et puis il est passé à table : « dans mes sacs journaliers, je me suis aperçu que sur les quatre premiers jours de course, je n’avais pas mangé grand-chose. Hier je me suis un peu rattrapé ! Je vais repartir sur un rythme un peu plus normal. Je me suis fait un hachis parmentier lyophilisé, puis un riz au lait et un petit morceau de Beaufort. J’ai une classe en Savoie qui me suit, ils m’ont envoyé du fromage. »

Ce sont les effluves des petits bonheurs de la terre qui reviennent soudainement à bord. Benjamin Dutreux (OMIA-Water Family) a débuté sa journée par un café dehors. Manuel Cousin (Groupe SÉTIN) l’atteste : « il suffit de pas grand-chose pour se faire plaisir ! » Grâce à sa machine expresso manuelle offerte par ses beaux-parents et aux chocolats de son partenaire maître chocolatier vendéen Patrick Gelencser, il s’est préparé un « vrai café comme à la maison avec un morceau de chocolat ».

Une discothèque au milieu de l'Atlantique

Yannick Bestaven, de son côté, avait transformé l’habitacle de Maître CoQ IV en boite de nuit. 

L'image 'carte postale' de la navigation au large

D’autres ont pris un peu de temps pour contempler le paysage. Charlie Dalin (Apivia) et Clarisse Crémer (Banque Populaire X) sont allés sur le pont de leur bateau pour admirer la vue. « Ça ressemble un peu à l’image carte postale de la navigation au large », s’amuse Clarisse. Même en tête de flotte, il y a un temps pour la contemplation. Jean Le Cam (Yes We Cam!) le démontre : « cette nuit, c’était carrément agréable. C’est caleçon, tee-shirt, le ciel est étoilé. Il y avait 10 à 12 nœuds de vent, sur mer plate, c’est magnifique. » Charlie Dalin conclut : « quand on sait qu’il ne fait pas beau en France. Nous, on est en tee-shirt et il fait chaud... Nous sommes des privilégiés ! »  

 

Par la rédaction du Vendée Globe / Antoine Grenapin