16 Novembre 2020 - 07h36 • 21778 vues

Partager

Article

" Les conditions étaient bonnes toute la nuit pour aller vite. J’en ai profité pour mettre le pied sur l’accélérateur. Là, c’est une course de vitesse jusqu’au Pot au Noir. "

" Ça fait pas mal de bruit, ça tape et ce n’est pas trop confortable, mais ça va vite. Le bateau décolle et ré-atterrit, il n’y a pas beaucoup de mer, mais on crée des sensations comme s’il y en avait. LinkedOut et Apivia vont très vite depuis quelques jours, j’ai décidé d’accélérer un peu. Après, il faut faire attention car ça sollicite beaucoup le bateau, il ne faut pas trop tirer dessus.

Le bruit… Même avec le casque, ce n’est pas facile de dormir. Heureusement, j’ai une bonne bannette, je me cale dedans dès que je peux.

J’ai eu un problème de génératrice. Cela remettait beaucoup de choses en cause car sans énergie, on ne peut pas aller très loin. J’ai aussi cassé un hydrogénérateur. Je n’avais plus beaucoup de solutions. On a fini par trouver comment réparer. J’ai encore une ou deux soudures à faire pour stabiliser le truc – pour l’instant, ce sont des scotchs-  mais ça va.

Quand je suis sorti tout à l’heure pour prendre un ris, c’était grand ciel clair avec des étoiles. Il y a une vingtaine de nœuds, je suis à 110 degrés du vent et on est entre 18 et 25 nœuds, je suis sous petit gennaker et un ris dans la grand-voile… Ça tartine bien, les conditions sont agréables sauf que ça tape. Il y a un peu plus de vent que sur les fichiers. Mais si on a du vent comme ça jusqu’au Pot au Noir, c’est bien…

Ah, là, je viens de me faire un petit arrêt buffet, je viens de rentrer dans ma table à cartes… 28, 29 nœuds.

Nicolas Troussel, CORUM L’Epargne