27 Novembre 2020 - 07h07 • 54016 vues

Partager

Article

Même s’il conserve farouchement sa deuxième place, Thomas Ruyant a été fortement ralenti par ses soucis de foil et par la maigre puissance des brises anticycloniques. Le skipper de LinkedOut explique comment il a raccourci son appendice bâbord et comment il aborde la suite du programme.

« Je faisais route vers Tristan da Cunha à une centaine de milles de mon étrave, mais je ne verrai pas les îles car je viens juste d’empanner, direction le Sud… La journée d’hier a été bien animée malgré le peu de vent, mais cette nuit a été plus paisible : j’ai retrouvé du vent et je commence à m’extirper du centre des hautes pressions. Direction le Sud avant de débouler dans l’océan Indien, j’espère. Hier, j’ai eu pas mal de choses à gérer avant de rentrer dans les Quarantièmes : j’ai pu m’occuper du foil bâbord que j’ai coupé en partie pour limiter la puissance, et tout est désormais réglé à bord : je suis même remonté dans mon mât hier matin pour parachever mes solutions en tête !  

J’ai enfin accéléré : je me suis pris une pétole (zone de calmes) pendant des heures, et maintenant, j’ai dix nœuds de brise et surtout un bateau prêt, même s’il lui manque un petit bout… J’ai probablement moins de pression que mes poursuivants, mais je pense que demain, ça va envoyer ! »

Thomas Ruyant / LinkedOut