08 Décembre 2020 - 11h26 • 15705 vues

Partager

Article

Clarisse Crémer (Banque Populaire X) était à la vacation de 9h30 ce matin. Elle revient sur son entrée dans les mers du Sud et sur ce mois de navigation en course. 

“ Ça fait deux jours que je suis entrée dans l’image qu’on se fait des mers du Sud et de l’océan Indien. Je suis à l’arrière d’un front donc la mer est désordonnée et il y a pas mal de houle. Le vent est changeant, j’ai moins de vent qu’hier : je pense qu’il faut que j’aille renvoyer de la toile. Il y a des rafales : ce n’est pas facile de savoir comment toiler son bateau. J’ai l’impression d’être arrivée dans le grand bain. C’est assez fatiguant, mais en même temps j’avais hâte de voir à quoi cela correspondait en réalité.

Romain (Attanasio) touche toujours un peu plus de brise que moi, et j'ai du vent un peu plus refusant. J’essaye de ne pas trop le perdre de vue mais de faire ma course. Les conditions étaient assez costauds hier et avant-hier : j’ai fait beaucoup de manœuvres et j’ai eu un petit souci qui m’a pris du temps. Hier j’ai accusé le coup. J’essaye de trouver le compromis entre suivre Romain et garder le sourire.

Ça parait pas mal : un mois déjà, c’est cool. Je me souviens qu’avant le départ, je me disais que quand j’arriverais en décembre, ça sera déjà bien, et quand ça fera un mois, ça sera un bel accomplissement. J’essaye de me rappeler tout ça. On n’a pas été très rapides, donc ça fait un mois qu’on est partis mais on n’est pas très loin non plus. C’est déjà incroyable d’avoir pu passer un mois sur le Vendée Globe. Ce sont des beaux accomplissements donc j’essaye de me réjouir de tout ça ! “

Clarisse Crémer / Banque Populaire X