25 Décembre 2020 - 08h27 • 14263 vues

Partager

Article

En tête de la flotte sur une option Nord-Est qui devrait porter ses fruits d’ici ce week-end, Yannick Bestaven navigue au près contre une belle brise d’une petite vingtaine de nœuds. De quoi se reposer en attendant la bascule annoncée d’ici 24 heures…

« Je suis au près dans 15-17 nœuds de vent pour remonter dans la dépression que je suis allé chercher : je devrais avoir des vents plus portants d’ici une bonne journée si tout se passe bien pour moi ! Je veux aller vite dans le Nord de la perturbation pour choper la bascule. Je ne fais pas vraiment de la route rapprochante en ce moment, et j’espère que ça ne va pas durer trop longtemps pour faire route ensuite vers le cap Horn, voire un peu plus Sud. Il faudra que je gère un front assez fort : je réfléchis encore pour savoir comment je vais me positionner là-dedans…

Le bateau se comporte bien : il est en parfait état après mes petites révisions de ces derniers jours et les petits travaux d’entretien. Cela permet aussi de bien caler la stratégie : j’ai fait tourner mes routages dans tous les sens et je n’ai pas vu d’autre route que celle-là ! Pour moi, continuer à faire de l’Est, c’était trop risqué avec l’anticyclone qui venait et du vent de face derrière… Je n’avais pas la fleur au fusil, mais à un moment donné, il faut choisir : cela devrait me donner un bel avantage malgré la route supplémentaire à faire. Et puis je sais que mon bateau marche bien dans ces conditions-là.
 
Cela pourrait être un tournant : Thomas (Ruyant) est déjà bien décroché. Quant à Charlie (Dalin), il y a très peu d’écart pour l’instant, mais cela ne veut rien dire aujourd’hui : il faut attendre trois jours… Et puis là, au près, le bateau est calé et je dors bien ! Je fais de bonnes grosses siestes parce que c’est encore du vent medium. Ce sera sans doute plus compliqué avec plus de brise. En plus, la mer est bien rangée : cela n’a rien à voir avec ce que l’on a vécu dans l’océan Indien. Il y a deux jours, j’ai même sorti le spinnaker dans le Pacifique Sud, c’est dire si les conditions de navigation n’ont rien à voir avec ce que nous avons dû subir avant l’Australie.

Le Père Noël est aussi passé par là : j’ai ouvert de petits paquets la nuit dernière. De petits cadeaux, des guirlandes, de petits mots, des attentions quoi ! C’est très sympa… La bise à toutes et à tous ! Joyeux Noël. »

Yannick Bestaven / Maître CoQ IV