12 Janvier 2021 - 11h24 • 18489 vues

Partager

Article

Sébastien Destremau (merci) était à la vacation de 9h ce matin.  Il revient sur les ennuis auxquels il doit faire face à bord. 

" J’ai eu une longue série d’ennuis, avec la barre, le pilote, mais tout était lié, je n’arrivais juste pas à régler tout ça. Maintenant, c’est un nouveau souci, le bout-dehors qui est craqué, c’est entièrement de ma faute. Les ennuis que j’ai sont souvent à cause d’une erreur de ma part. Pour le pilote automatique, j’avais cramé une carte électronique en faisant une vraie bêtise et ça m’a coûté très cher en termes d’ennuis. Là, je voyais depuis longtemps que la sous-barbe, c’est-à-dire le câble qui tient le bout dehors, était un petit peu molle. J’avais pour projet de la retendre, pour cela il faut arrêter le bateau, or j’étais occupé avec les soucis de pilote et j’ai repoussé ça. Il ne faut pas repousser les choses sur le Vendée Globe. Quand quelque chose ne va pas, il faut faire l’effort de le faire. La preuve, avec cette sous-barbe, j’ai cassé le bout-dehors. Le bateau est bien, mais il manque de préparation et de navigation. On a fait ce qu’on a pu. Donc, c’est de ma faute et je m’en mords les doigts aujourd’hui. Le Vendée Globe est intraitable, tant pis pour moi.

Aujourd’hui, ça va dépendre du temps qu’on va avoir. La position dans laquelle je suis dans la course fait que je navigue avec une extrême prudence, particulièrement à l’attaque de la traversée du Pacifique. J’ai un run de 4 000 milles à faire sans filet car il n’y a personne autour de moi.

Je ne m’attendais pas à faire une navigation normale, cependant j’avais la possibilité de mettre des gennakers quand les conditions le permettaient, possibilité que je n’ai plus aujourd’hui. Avec mes frères, nous sommes en train de chercher un mécanisme qui va me permettre de quand même mettre des gennakers sans bout-dehors. On travaille aussi avec les constructeurs du bateau pour qu’ils puissent décider de quelle manière on va pouvoir réparer le bout-dehors avec le matériel à bord. Je suis content de ce que j’ai, le matériel est en bon état, je n'ai qu’une écoute abîmée. J’ai certes des problèmes de pilote, mais c’est à cause de mon incompétence et de ma négligence. Tu n’as pas le droit d’être négligent sur le Vendée Globe. "

Sébastien Destremau / merci