13 Janvier 2021 - 11h59 • 10324 vues

Partager

Article

Boris Herrmann (Seaexplorer - Yacht Club de Monaco) était à la vacation de 9h30 ce matin. 

" Le grand match va débuter ! Depuis 30 minutes, je touche du vent plus stable, je vois que le bateau est très agile. Il va à 16 nœuds dans 12 nœuds de vent et le foil pousse. Je ne sais pas si je dois plus lofer. Ça va se jouer à la bascule, si ça varie de 5 degrés à droite ou à gauche. Ça va déterminer si je vais pouvoir me rapprocher des autres, de Damien (Seguin) et Thomas (Ruyant). 

C’est un petit peu les mêmes conditions de navigation que quand on s’entraîne à Port-la-Forêt avec le pôle Finistère course au large. La mer est plate, le vent est faible, j’ai l’impression d’être en Bretagne.

Depuis hier, mon routage avec le GFS (modèle météo américain) arrive aux Sables d’Olonne dans 13 jours. C’est bien pour le moral. Évidemment, une prévision à plus de dix jours dans l’Atlantique Nord n’a pas beaucoup de sens, mais ça donne une petite idée de comment ça pourrait se passer.

Pour l’instant, l’objectif est d’atteindre le vent stable qui me permet d’utiliser mes foils. Les alizés de Sud-Est ont l’air assez faibles. S’ils ne dépassent pas 11-12 nœuds, je ne pourrai pas utiliser mes foils, mais à 13 nœuds, ça pourrait fonctionner. Donc ça se joue à pas grand-chose. Les alizés de Nord-Est semblent plus forts. On devrait les avoir jusqu’aux Canaries et après on atteindra les dépressions hivernales. Au VMG portant, dans de la mer formée, avec 35-38 nœuds de vent, des bateaux comme celui de Damien Seguin pourraient être très rapides. Le jeu est ouvert. Le foil aurait moins de portance et donc ça ouvrira le jeu à nouveau ! " 

Boris Herrmann / Seaexplorer - Yacht Club de Monaco