14 Janvier 2021 - 17h23 • 29492 vues

Partager

Article

Depuis plus de deux mois, il ne se passe pas une journée sur le Vendée Globe sans entendre parler de J2, gennaker, FRO... Pas facile de s'y retrouver ! Voici quelques explications.

Huit voiles sont embarquées sur un monocoque IMOCA pour le Vendée Globe. Deux d’entre elles sont obligatoires : la grand-voile et le tourmentin, cette petite voile de tempête de couleur fluo. Les concurrents déclarent la liste des voiles embarquées avant le départ, auprès du Président du Comité Technique. Cette liste est confidentielle.

LA GRAND-VOILE
Souvent, elle est appelée la "GV". Cette voile est hissée dans le chenal des Sables d'Olonne et - si tout se passe bien - affalée entièrement uniquement après la ligne d'arrivée. Il est possible de réduire sa taille en prenant des ris (1, 2 ou 3, voire 4 pour certains, selon la force du vent). C'est une voile avec des lattes. Elle mesure environ 180 m² sur un IMOCA.

LES VOILES D'AVANT

Les voiles plates, du près au vent de travers

Le J1, le génois
La lettre « J » est utilisée pour « Jib » qui signifie « foc » en anglais. Le J1 est une voile plate d’environ 140 m2 amurée (acrochée) à l'étrave (avant du bateau) et qui monte quasiment jusqu’en tête de mât. Certains concurrents n'en ont pas.

Le J2, le solent, la voile indispensable
Le J2 est amuré légèrement plus en arrière par rapport au J1. C’est une voile utilisée au près  (avoir un cap au plus proche du vent) jusqu'au 'reaching' (débridé 60°-80°). Relativement plate et très polyvalente, elle est en l’air, à poste, en permanence car son étai (cable reliant l'avant du bateau et le haut du mât) est structurel. Cela explique que les marins ayant rencontré des difficultés avec cette voile aient dû monter au mât pour les résoudre. Le J2 mesure un peu moins de 100 m2.

Le J3, la trinquette
Le J3 est amuré très en arrière, proche du mât. C’est la plus petite des trois, elle mesure environ 50 m2. C’est une voile d’avant utilisée dans le « gros temps », juste avant de passer au tourmentin (voile de tempête) ou de naviguer grand-voile seule. Elle s’utilise au vent de travers, à 110-115° du vent. Elle peut aussi être combinée avec une autre voile d’avant dans des conditions plus maniables.

Les grandes voiles de portant

Spi ou A2

C’est la plus grande de toutes les voiles, la voile « ballon ». Elle s'utilise au vent arrière et mesure 400 m2. Elle est amurée (accrochée) au bout-dehors fixe (extension vers l'avant du bateau pour fixer des voiles plus grandes). C’est une voile compliquée à manœuvrer en solitaire sur un IMOCA.

Le grand gennaker ou A3
Cette voile de portant de 300 m2 s'enroule sur un emmagasineur (s'enroule sur elle même), ce qui la rend plus facile à manœuvrer qu’un spi. C’est une voile de portant (quasiment vent arrière) qui s’utilise jusqu’à 25 nœuds de vent. Elle monte jusqu'en haut du mât.

Le petit gennaker ou A5
Tout comme son grand frère, le petit gennaker est amuré sur le bout-dehors. En revanche, en haut, il s'accroche sur une drisse de capelage (au 4/5ème de la tête de mât). C’est une voile de brise pour le portant, elle mesure près de 200 m2.

FRO ou Code 0 fractionné
Le FRO est un petit gennaker fractionné qui ne va pas en tête de mât. C’est une voile de capelage qui mesure environ 150 m2. Sa force est d’être polyvalente, que ce soit au niveau de l’angle comme à celui de la force du vent.

Code 0
Le code 0 est une voile un peu plus plate (moins creuse) et très typée que les marins utilisent dans le petit temps. Son grammage est nettement inférieur à celui d’un gennaker. En dimension, il est comparable au petit gennaker.