22 Janvier 2021 - 15h11 • 12817 vues

Partager

Article

Le scénario météo de l'arrivée est encore mal calé. Le suspens pourrait durer jusqu'à la fin...

Le groupe de tête navigue maintenant au Nord de l’anticyclone dans un vent qui va adonner avec des empannages à la clef. Le positionnement et le timing des empannages sera important. La gestion de la petite dépression secondaire (pour rester le plus longtemps possible dans le vent fort, dans son Est) sera également l’une des clefs.

Mais c’est le petit front qui est attendu dans la nuit du 26 au 27 sur Les Sables d’Olonne qui pourrait être le juge de paix. Deux scénarios possibles :

Scénario 1 : Un ou plusieurs concurrents passent la ligne d’arrivée dans un flux de Sud, avant le passage du premier front dans la nuit du 26 au 27 janvier, il(s) aura (ont) probablement une belle avance sur le groupe des poursuivants qui arrivera dans le flux de Sud-Ouest en avant du front suivant, probablement en deuxième partie de journée ou dans la soirée du 27.

Scénario 2 : aucun des concurrents n’arrive avant le passage du premier front. Le vent mollit après le passage du front et tourne à l’Ouest dans la dorsale. Il faudra alors tirer des bords au vent arrière dans un vent faible en attendant que le deuxième front se rapproche avec un renforcement du vent de Sud-Ouest. On assisterait alors à une arrivée groupée de 5, 6 ou 7 bateaux avec un renforcement du vent par l’Ouest. 

Le timing du front est encore difficile à évaluer sachant qu’il y a près de 12 heures d’écart entre les différents modèles.  Les skippers n’ont donc pas toutes les cartes en main. Une chose est sûre, il faut aller vite pour avoir une chance d’être dans le bon groupe si le scénario 1 se réalise.

Au cap Horn, chaque sortie de modèle donne des vents un peu plus fort pour Alexia Barrier et Ari Huusela qui pourraient avoir 35 nœuds avec des rafales à plus de 45 nœuds et des vagues de 5 à 6 mètres dimanche pour leur passage du cap Horn.

 Great Circle / Christian Dumard