24 Janvier 2021 - 14h58 • 16195 vues

Partager

Article

La flotte s'est scindée en deux. Chaque skipper optimise sa route en fonction de sa position et des contraintes matérielles de son bateau. 

La flotte s’est scindée en deux en milieu de journée. Maître CoQ IV, LinkedOut, Seaexplorer-Yacht Club de Monaco et Prysmian Group naviguent bâbord amures, cap au Nord. Ils vont se positionner dans une zone de vent fort de Sud-Ouest. La route est plus longue, mais le vent plus fort. Ils devraient terminer la course dans ce flux de Sud-Ouest.

Apivia et Bureau Vallée naviguent toujours tribord amures dans un vent encore soutenu. Il y a une route qui pourrait s’ouvrir pour eux en passant à proximité du cap Finisterre, à condition de maintenir un rythme élevé. 

A noter que les principaux modèles météo utilisés par les skippers sur cette zone (GFS, ECMWF et Arpege) ne donnent pas tous les mêmes résultats. Cela montre qu’il y a encore une incertitude importante sur la fin de course. 

Chacun fait également les choix tactiques qui permettent d’optimiser les conditions de navigation en fonction de l’état du bateau et des voiles. Pour Charlie Dalin et Thomas Ruyant, l’objectif est de maximiser le temps passé en bâbord amures, en appui sur le foil tribord.  Pour d’autres, il faut choisir une fourchette de vent qui évite d’être pénalisé par une voile manquante. 

Avec le vent qui devrait mollir dans la matinée du 27 sur le golfe de Gascogne avec le passage d’une petite dorsale, il est encore bien difficile de faire des pronostics sur un vainqueur éventuel ou même sur une ETA précise dans la journée du 27 pour les premiers.  

Romain Attanasio devrait sortir des griffes du pot au noir la nuit prochaine. 

Alexia Barrier et Ari Huusela sont en approche du cap Horn dans un vent de Nord-Ouest soutenu avec 30-35 nœuds et probablement des rafales à 45 nœuds avec une mer formée.

 Great Circle / Christian Dumard