26 Janvier 2021 - 18h09 • 43279 vues

Partager

Article

« Il est urgent d’attendre », cet oxymore formulé aujourd’hui par Jacques Caraës, le directeur de Course du Vendée Globe, a du mal à éteindre l’excitation qui s’est emparée du public et des équipes face au scénario incroyable de cette fin de tour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance. Dans un état de fatigue avancée après 79 jours de régate au contact, les cinq marins en lice pour les honneurs puisent dans leurs dernières réserves pour gagner cet ultime sprint contre la montre. Quelle que soit l’issue de la course, et l’ordre du classement après application des bonifications, ces cinq hommes méritent tous d’être salués pour leur mérite, leur combativité et leur talent.

Charlie Dalin (Apivia), Boris Herrmann (SeaExplorer - Yacht Club de Monaco), Louis Burton (Bureau Vallée 2), Thomas Ruyant (LinkedOut), Yannick Bestaven (Maître CoQ IV).  Voici les têtes d’affiche, les premiers rôles de ce 9e Vendée Globe, qui jouent ici leur dernière scène dans le dénouement improbable de notre film de l’hiver. Unis dans leur sort comme les cinq doigts de la main, ils sont attendus aux Sables d’Olonne dans la soirée de mercredi et jusque jeudi au petit matin. Dans quel ordre et à quelle place ?


Pendant 79 jours, ces cinq navigateurs nous ont séduits, impressionnés. Avec son cœur ou sa raison, chacun a peut-être déjà choisi son favori, son champion. Sur l’eau, Charlie Dalin et Yannick Bestaven ont été les deux grands patrons. Le premier réalise une course remarquable de précision et d’efficacité. Il a passé plus de 36 jours aux commandes, et il mène aujourd’hui son monde, à proximité du cap Finisterre. Le second livre aussi une magnifique prestation :  26 jours en éclaireur dans le Pacifique et l’Atlantique Sud, avec une faculté hors pair à faire marcher son bateau (génération 2016) à 100% de ses capacités. Thomas Ruyant, dont le foil bâbord s’est rompu il y a deux mois, est l’autre grand animateur de ce tour du monde. Pour passer 72% du parcours dans le trio de tête, dont une grande partie « à cloche pied », le skipper de LinkedOut a dû se sublimer ! Louis Burton, le galérien sublime, s’est révélé téméraire dans ses choix de route et d’une grande combativité face à l’adversité. Plus discret, mais toujours à l’affût dans la meute des chasseurs, l’Allemand Boris Herrmann pourrait être le premier skipper étranger à remporter le Vendée Globe !  

Le temps sera le juge ultime dans ce scénario diabolique. Un scénario qui oblige ces cinq hommes à puiser dans ce qui leur reste d’énergie pour remporter cette course contre la montre, et n’avoir rien à regretter une fois la ligne d’arrivée franchie. Leur physique et leur mental sont pourtant bien entamés par ces 11 semaines de régate au contact où jamais, à aucun moment, les leaders n’ont connu la tranquillité, l’opportunité de gérer sereinement leur avance.

Alors on se prend à les imaginer lorsqu’ils en auront terminé avec ce voyage au bout d’eux-mêmes. Imaginer leurs yeux et les traits de leur visage, marqués par une expérience que nous n’avons pas vécue et qui nous fascine par son extrême éloignement d’avec notre quotidien. En ces temps de confinement, ils ont ouvert les portes d’un monde libre et sauvage, ont ravivé des valeurs nobles : abnégation, combattivité et courage. Ils nous ont raconté milles histoires qui parlent de l’homme et de la nature, de l’humain ramené à ses besoins vitaux : manger, boire, éliminer, dormir, assurer sa sécurité. Ces besoins primaires constituent le socle de la pyramide imaginée il y a presque un siècle par le psychologue Abraham Maslow. Tout en haut de cette pyramide, d’autres désirs apparaissent : l’estime des autres et l’accomplissement de soi. Ce sont vers ces deux sommets que nos cinq marins tendent les bras. Mais quelle que soit leur place dans le classement final, Charlie, Boris, Louis, Thomas et Yannick arriveront aux Sables d’Olonne en hommes et marins accomplis.

Et nous, spectateurs – terriens, n’avons qu’un mot à dire – un mot que ne renierait pas le dernier concurrent à avoir abandonné ce 9e Vendée Globe - : merci !

Mais en attendant les hourras et les vivats, il y a encore de la route à faire ! Plus de 24 heures de navigation dans le golfe de Gascogne, au sein duquel le quintet s’est scindé. Au Sud, Charlie Dalin, suivi par Boris Herrmann, flirtent avec le cap Finisterre et vont longer les côtes espagnoles. En distance au but, c’est la route la plus courte mais elle leur imposera de multiplier les empannages jusqu’à la ligne d’arrivée. Au Nord, Louis Burton, Thomas Ruyant et Yannick Bestaven sont plus éloignés du continent, mais ils peuvent filer sur un seul bord (tribord), poussés par un flux de Sud-Ouest se renforçant à l’avant d’un front. Les projections de routages donnent la clique à quasi égalité au large des Sables d’Olonne. Quelques heures seulement devraient séparer tous ces prétendants aux lauriers entre mercredi soir et jeudi au petit matin.  Alors, comme le souligne le directeur de course Jacques Caraës, « il est urgent d’attendre ».

A partir de demain soir (mercredi), les arrivées vont s’enchaîner dans le port vendéen.  Derrière le top 5, trois concurrents devraient en finir avec leur tour du monde en solitaire jeudi en fin d’après-midi : Damien Seguin, Giancarlo Pedote et Jean Le Cam. Vendredi 29, ce devrait être au tour de Benjamin Dutreux, actuellement dans le Nord-Est de l’archipel des Açores. Puis, on surveillera comme le lait sur le feu l’arrivée d’une grosse dépression les 30 et 31 janvier, qui risque d’entraver la progression de Maxime Sorel et d’Armel Tripon. « C’est la plus grosse dépression de l’hiver » préviennent Sébastien Josse et Christian Dumard, les consultants météo du Vendée Globe. 65 nœuds en rafales et 12 mètres de creux dans le golfe de Gascogne…

La rédaction du Vendée Globe / Camille El Beze