02 Février 2021 - 12h25 • 31327 vues

Partager

Article

Clarisse Crémer, qui arrivera demain après-midi aux Sables d'Olonne, était à la vacation de 11h ce matin. Elle revient sur les conditions difficiles qui s'imposent à elle jusqu'à l'arrivée. 

" C’est un petit peu particulier, je prends cher depuis 24 heures en termes de météo. J’avais presque 40 nœuds et pas mal de mer. Une dépression vient jouer les trouble-fête sur l’arrivée. Je n’avais encore jamais fait ça sur une course, mais je suis en train de ralentir, pour essayer d’arriver demain après-midi. Je fais des routages pour essayer d’arriver à une heure donnée et suivre une vitesse, c’est un nouvel exercice. C’est plus agréable de pouvoir foncer vers la ligne en se disant que plus on va vite et plus vite on aura fini, là c’est un peu différent.

On n’a pas trop de chance avec cette dépression dont le centre est juste au-dessus des Sables d’Olonne. Ce n’est jamais fini ! En ralentissant ce n’est pas trop stressant, j’avance avec 2 ris grand-voile seule. Il n’y a pas grand chose à faire à bord, le problème c’est le trafic.

Je ne suis pas très sûre de ma VHF et de mon AIS car cette nuit j’ai essayé de contacter plusieurs cargos, mais ils ne me répondaient jamais. L’histoire de Boris (Herrmann) m’a fait un peu froid dans le dos. Je vais être obligée d’être aux aguets jusqu’à l’arrivée. J’ai traversé le rail, il y avait du monde, mais j’ai eu de chance, j’ai juste dû ralentir à un moment donné pour laisser passer un cargo. Je les vois bien à l’AIS donc c’est déjà ça. Le problème c’est plus les petits bateaux de pêche sans AIS.

Je suis à 60 milles des côtes du Nord de l’Espagne. Je passe au large de Cabo Peñas. En 2017, j’avais fait la Transgascogne en Mini, j’étais 2ème à l’arrivée à Cabo Peñas et il y a eu une énorme pétole qui m’a permis de finir première avec une heure d’avance sur le deuxième, qui est un très bon ami, Erwan Le Draoulec. Donc c’est devenu un endroit mythique pour nous. C’est censé être un endroit qui me porte chance ! 

Je vais faire pas mal d’Est car le gros du vent est dans mon Nord cette nuit. Je pense que je vais obliquer juste avant le lever du soleil demain matin. Ça ne va pas être facile de ralentir dans 30 nœuds donc je pense que je vais être sous 3 ris grand-voile seule et j’essaierai d’accélérer pour viser une arrivée demain après-midi. Ce n’est pas facile de prévoir une arrivée exacte, c’est un nouvel exercice ! " 

Clarisse Crémer / Banque Populaire X