18 Février 2021 - 10h55 • 20480 vues

Partager

Article

L'air entraînant de la musique "Feeling Good" choisie par la skipper de Campagne de France pour accompagner son arrivée en disait long sur son état d'esprit. Elle nous livrait quelques mots sur sa course ce matin en conférence de presse. 

Pourriez-vous résumer votre course en quelques mots ?  
"Extraordinaire et incroyable. 

Est-ce que cette course était comme vous l’attendiez ?
Je ne savais pas à quoi m’attendre même si j’étais déjà allée quatre fois dans le grand Sud. C’était assez varié et compliqué. Je savais que ça allait être dur, je n’ai pas été surprise. J’ai essayé d’être compétitive tout en étant conservatrice car notre bateau, Campagne de France, n’était pas assuré. Le but premier était de boucler le tour, et le bonus était de pouvoir avoir des concurrents derrière moi. C’était donc une vraie course, mais avec une certaine prudence. J’aurais pu faire mieux, mais ça sera pour une autre course ! 

Quelle est la genèse du programme ? 
Il y a plusieurs années, je voulais faire le Vendée Globe et je n’avais pas réussi à réunir le budget nécessaire. Il y a deux ans, je voulais tenter le record du tour du monde avec notre 40 pieds, mais à ce moment-là, Halvard m’a dit qu’il serait même possible de voir plus grand et de faire le tour avec plus d’ambition, sur un IMOCA. Je voulais aussi faire ça pour remercier mon sponsor, Campagne de France, qui me suit depuis 10 ans. Je pense qu’il n’y avait pas meilleur moyen de le faire que de les emmener sur le Vendée Globe. 

Ne vous êtes-vous pas sentie très seule pendant ces 101 jours ? 
J’étais seule (rires) ? C’est un choix de partir sur le Vendée Globe, personne ne m’a forcée, j’étais heureuse d’y aller, donc autant être de bonne humeur. J’ai eu peu de coups de mou. WhatsApp a été quelque chose de révolutionnaire cette année. Cela nous a permis de rester très connectés avec la terre, mais aussi avec les skippers en mer. On a partagé beaucoup d’informations techniques, mais aussi des choses du quotidien comme les anniversaires ! J’ai beaucoup apprécié cette solidarité qu’il y a eue entre les marins de la course. Même si on est seul à bord, on n’est pas seul en mer. 

Et puis cela a permis aussi de garder un lien avec les amies ! Tous les vendredis soirs, j’avais rendez-vous à 18 heures avec Sam Davies pour l’heure de la bière. Je n’avais pas de bière à bord donc c’était du thé pour moi. Demain, par solidarité pour Sam qui est encore en mer, je serai connectée comme d’habitude. 

Qu’allez-vous faire maintenant ?
J’ai vraiment envie de passer du temps avec mes amis, ma famille, mes partenaires. Je suis très triste qu’ils ne soient pas tous là aujourd’hui. Je vais aussi beaucoup dormir et manger. Je suis désolée, mais je ne sais pas encore ce que je ferai cet après-midi. 

Qu’est-ce que vous auriez aimé savoir avant de partir ? 
J’aurais aimé en savoir davantage sur le fonctionnement de tout le système électrique ! J’ai un peu appris pendant la course, mais je vais continuer ma formation. 

Avez-vous eu des moments de doutes ? 
Il y a eu deux tempêtes où j’ai vraiment eu peur ; et à moment là, je me suis demandé ce que je faisais là. On choisit d’aller dans des endroits où on ne devrait pas aller, il faut assumer les conséquences. 

Aviez-vous une journée-type ? 
Il n’y a pas de journée type sur le Vendée Globe. La météo et l’état du bateau dictent ce qu’il se passe au quotidien. J’essayais de prendre un petit-déjeuner avant le lever du jour, et deux repas dans la journée. Si le vent changeait et si je devais changer de voile, toute l’organisation en était modifiée. Jusqu’à l’arrivée, je n’ai pas fait d’écarts, je suis restée concentrée. Je me suis forcée à attendre, à ne pas penser à l’arrivée. Et, depuis deux jours, je n’ai qu'une envie : une bière ! (rires) 

Avez-vous fait une préparation mentale ou Halvard vous a coaché ?  
J’ai 51 ans. Si je ne me connais pas maintenant, je ne me connaîtrai jamais. Parfois, il faut se donner un coup de pied au mental. Il faut savoir se remettre sur le bon chemin seul. Les fois où Halvard sentait que j’étais de mauvaise humeur au téléphone, il me disait qu’il ne voulait pas me parler donc le problème était vite résolu. 

Pensez-vous revenir en 2024 ? 
Ça fait à peine deux heures que j’ai remis pied à terre. Je serai plus apte à parler de cela cet après-midi.  

Avez-vous un programme de récupération particulier ?
Je viens de manger un steak pour mon petit-déjeuner. C'est déjà génial. Les premiers jours seront rythmés par beaucoup de sommeil et de repas, car c’est une course très fatigante. Le plus dur sera la part psychologique car je passe d’un monde de totale liberté, dans lequel j’ai vécu pendant plus de 100 jours, à un autre rempli de contraintes. C’est très brutal ".