31 Mars 2021 - 19h19 • 11617 vues

Partager

Article

Il n'aura pas fallu attendre longtemps pour avoir des nouvelles de Kojiro Shiraishi. Le skipper japonais Kojiro Shiraishi, 16e de l'édition 2020, compte courir le Vendée Globe 2024 avec l'objectif de terminer huitième, ou mieux. Un objectif fixé par son principal partenaire DMG MORI, et annoncé, entre autres choses, ce mercredi lors d'une conférence de presse.

Avec DMG Mori, Kojiro Shiraishi vient de lancer un programme ambitieux visant à accroître de manière significative l'intérêt et la participation à la course au large au Japon.

Lors d'une conférence de presse organisée aujourd'hui à Tokyo par Masahiko Mori, le président de DMG MORI Co, il a été acté que le skipper du DMG MORI Sailing Team participera aux principales courses IMOCA à partir de 2022, jusqu'au Vendée Globe de 2024 qu'il disputera sur son plan VPLP existant, qui sera amélioré et optimisé.

En parallèle, une nouvelle initiative voit le jour, qui permettra à d'autres jeunes skippers japonais de suivre le sillage de Kojiro Shiraishi et de développer la culture de la voile au Japon. Cette année, DMG MORI Sailing Team va commander et construire un nouveau Mini 650 prototype qui sera confié au skipper Federico Sampei, jeune marin japonais (24 ans) qui a couru en tant que bowman lors de la Youth America's Cup aux Bermudes en 2017 et dans la classe GC 32 sur Mamma Aiuto! en 2018. Federico Sampei a rejoint l'équipe DMG Mori en 2020. Il y a travaillé comme gréeur et partenaire d'entraînement. DMG MORI Sailing Team achètera un certain nombre de Mini650 de série, dont deux seront basés en France et deux au Japon. Les bateaux dédiés aux jeux Olympiques et aux jeux Paralympiques sont en cours de construction.

Les bateaux au Japon seront le point central de la formation des jeunes coureurs océaniques sur place, et de la formation des ingénieurs, des préparateurs et des techniciens en apprentissage.

Tout sourire, Kojiro Shiraishi apprécie le changement de dimension de son aventure : "J'ai tellement été heureux de terminer le Vendée Globe. Maintenant que je l'ai fait, je pense que je peux enfin me considérer comme un vrai marin professionnel. C'est un projet passionnant et ambitieux. Nous ne visons pas le top 10 de la prochaine course, mais le top 8. C'est l'objectif suggéré par le Dr Mori, car il représente la moitié de la 16e place que j'ai obtenue cette fois-ci. C'est un objectif important et difficile à atteindre, mais il n'est pas impossible. Le bateau et moi aurons la tâche d'être plus rapides, et je vais tenter de rendre le bateau plus confortable en navigation. C'est important. Nous allons aussi améliorer les foils. Quand j'ai déchiré ma grand-voile et pendant cette semaine où je l'ai réparée, mon objectif initial, je pensais, était d'aller en Australie et de voir. Quand j'ai parlé au Dr Mori, il m'a dit 'essaie juste de finir' et j'y suis parvenu, alors maintenant je cherche à atteindre ce nouvel objectif". 

A partir de juillet, Kojiro va faire une tournée des marinas et des centres de voile japonais avec l'IMOCA DMG MORI Spirit of Yukoh, pour partir à la rencontre des jeunes et leur faire découvrir la culture de la voile.

Et éventuellement dénicher les skippers de demain ? Ce n'est pas le plan du héros japonais : "En ce qui concerne la sélection des skippers, nous recherchons des personnes spéciales. Quand j'ai commencé, j'ai vu le documentaire de Yukoh Tada à la télévision ; j'ai été inspiré par lui, et j'ai travaillé dur pour aller le rencontrer en face à face. J'aimerais voir le même genre d'initiative et de motivation."