20 Novembre 2012 - 20h40 • 2134 vues

Partager

Article

Voilà quelque chose qu’on n’enlèvera toujours pas à Jean Le Cam. Son temps de 2004, 10j 11h 28mn, entre Les Sables d’Olonne et l’équateur va rester sa propriété encore pour quatre ans, puisqu’au pointage de 20h, Armel Le Cléac’h pointait encore à près de 80 milles de l’entrée dans l’hémisphère sud. Mais plus que les records, c’est sûrement le rapproché effectué par ses principaux adversaires qui risque de titiller le skipper de Banque Populaire.

Cinq solitaires sont à l’affut avec en chef de meute, Jean-Pierre Dick (Virbac-Paprec 3) bien calé au vent de la troupe et en leader sous le vent Vincent Riou (PRB). Cette sortie du pot au noir ressemble plus à une solitaire du Figaro qu’à une course autour du monde. Quoique le Vendée Globe commence à être coutumier du fait. En 2004, c’est Jean Le Cam et Vincent Riou qui se retrouvaient bord à bord après quelque vingt jours de mer, peu avant d’aborder l’océan Indien. En 2008, on se souvient des batailles d’empannages au sud du cap de Bonne Espérance, entre des concurrents qui faisaient valoir leur tribord pour savoir qui passerait devant l’autre. Preuve, s’il en était besoin que le niveau de compétition devient à chaque édition de plus en plus élevé.

 

Salut intertropical

On pourrait craindre que, possédés par l’enjeu, les solitaires en finissent par oublier les fondements d’une aventure commune et que l’aiguillon de la compétition ne relègue au second plan les relations de respect que les uns ont envers les autres. Le petit mot de François Gabart (MACIF) à Jean-Pierre Dick est plutôt de nature à balayer ces doutes après une traversée du pot au noir pour le moins tumultueuse : « Salut JP, j'espère que tout va bien. C'était bien sport, ce pot. Impressionnant ! On est un peu les dindons de la farce tous les deux au niveau classement, mais comme on le dit souvent "la route est encore longue". C'était en tout cas une belle expérience avec de sacrées lumières et une violence des phénomènes, impressionnante. Content d'avoir partagé une partie de la route avec toi. Take care ! »

PFB