27 Novembre 2012 - 21h35 • 1623 vues

Partager

Article

Décidément la dorsale de l’anticyclone de Sainte-Hélène joue avec les nerfs des navigateurs. Jean-Pierre Dick (Virbac-Paprec 3) qui a été le premier à tenter de la transpercer se traîne depuis plusieurs heures à des vitesses dignes d’une aimable balade dominicale, quand Armel Le Cléac’h (Banque Populaire) engrange les milles qui constitueront son pécule, quand il sera lui-même ralenti par l’anticyclone. Derrière eux, c’est la bouteille à l’encre pour les poursuivants qui ne savent plus à quel saint se fier, Hélène ayant le diable au corps.

Panache ou conservatisme ? Le débat pouvait sembler tranché à la mi-journée. D’un côté Jean-Pierre Dick, à l’attaque, tentant crânement sa chance sur la route du sud et de l’autre Armel Le Cléac’h, thésaurisant ce qui pouvait l’être sur une route a priori vouée à l’impasse dans les prochaines quarante-huit heures. Sauf que ce soir, le débat n’est pas si simple : visiblement, la dorsale anticyclonique a pris ses aises vers le sud et les tenants d’une plongée express vers les quarantièmes sont fortement ralentis. Dans le même temps, un chouia de gradient de pression permet aux partisans d’une route au plus court, de continuer à progresser à bonne vitesse vers la porte des Aiguilles, au sud de la pointe de l’Afrique. Une situation qui profite à Alex Thomson (Hugo Boss), nouveau dauphin et Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat). La vérité d’hier est-elle devenue mensonge ? On imagine que les navigateurs doivent, à l’heure actuelle, passer un temps précieux devant la table à carte, cherchant à analyser les fichiers météo, scrutant la moindre variation du baromètre, réagissant à la plus petite variation des vents. On imagine le casse –tête pour les leaders qui voient de surcroit le peloton des poursuivants revenir sur eux à grande vitesse.

 

La chasse est ouverte

Derrière, on jubile… Jean Le Cam (SynerCiel) s’amuse dans son rôle de chasseur, suivi comme son ombre par Mike Golding (Gamesa) et Dominique Wavre (Mirabaud). Ces trois-là vont peut-être avoir l’occasion de compter les points avant de choisir leur camp. Plus à l’arrière encore, l’heure n’est pas aux supputations. Il s’agit de faire marcher le bateau au mieux. Javier Sanso (Acciona 100% EcoPowered), Arnaud Boissières (Akena Vérandas) et Bertrand de Broc (Votre Nom autour du Monde avec EDM Projets) déboulent à plus de quinze nœuds et se disent que la chance est bonne fille de leur laisser l’occasion de recoller au paquet. Tanguy de Lamotte (Initiatives-Cœur) sait qu’il ne pourra pas lutter en puissance avec ce trio et continue de garder une route au plus près de l’anticyclone en espérant que la porte s’ouvrira devant son étrave. Quelques centaines de milles derrière eux, Alessandro Di Benedetto (Team Plastique) goûte son plaisir communicatif d’être en mer et nous rappelle que faire un tour du monde est déjà une chance inouïe. Mais, il n’est sûr que ce message-là parvienne totalement aux oreilles des hommes de tête, tout à leur bataille pour le leadership.

PFB