Sébastien DESTREMAU MERCI

Sébastien DESTREMAU

2ème participation

AU FR

56 ans

Toulon (83)

Il a tenu parole. En 2012, Sébastien Destremau avait décidé qu’il serait de la partie en 2016. Sur un monocoque à bord duquel il savait qu’il ne pourrait pas jouer les premiers rôles, le navigateur toulonnais a bouclé son tour du monde contre vents et marées. Malgré quelques soucis techniques et une fin de parcours sans nourriture, il a réussi à finir par écrire une sorte d’épopée, de celles…

Palmarès

2018

Route du Rhum, 2e (catégorie Rhum)

2017

Vendée Globe, 18e

2016

Calero Solo Transat, 1er

5 campagnes pour la Coupe de l'America
Vainqueur de la Sydney - Hobart
Une participation à la Volvo Ocean Race
Une préparation olympique en Flying Dutchman, 6 titres mondiaux

Portrait

Sébastien DESTREMAU

Il a tenu parole. En 2012, Sébastien Destremau avait décidé qu’il serait de la partie en 2016. Sur un monocoque à bord duquel il savait qu’il ne pourrait pas jouer les premiers rôles, le navigateur toulonnais a bouclé son tour du monde contre vents et marées. Malgré quelques soucis techniques et une fin de parcours sans nourriture, il a réussi à finir par écrire une sorte d’épopée, de celles qui ne conviennent qu’à ceux qui décident de vivre leur Vendée Globe autrement. Pour Sébastien Destremau, la quête d’un résultat autre que « finir » n’avait pas de sens, l’essentiel étant de vivre et partager son aventure jusqu’au bout. « Le Vendée Globe, tu le gagnes ou tu le termines. Le reste c’est de la littérature ». Cette manière d’appréhender la course lui a valu de devenir la coqueluche de certains médias et du public qui a commencé à suivre le parcours de ce drôle de marin qui était capable de raconter l’émotion que peut provoquer un coucher de soleil ou bien encore le vol d’un albatros. Son parcours a été l’occasion d’une longue introspection qu’il a retranscrit par la suite dans un livre « Seul au Monde » (XO Editions) puis dans une bande dessinée (Glénat BD) qui raconte son histoire. Pour le Vendée Globe 2020, Sébastien Destremau se dit qu’il y a encore des belles histoires de mer à raconter.

Monocoque IMOCA

MERCI

C’est avec ce bateau que Conrad Colman a bouclé le Vendée Globe 2016-2017.... sous gréement de fortune. A son bord, le navigateur néo-zélandais a fait le pari de faire le tour du monde en n’utilisant que des énergies renouvelables. Nul doute que Sébastien Destremau sera tenté de reproduire la démarche du « crazy kiwi » et de donner le bon exemple autour de la planète.

 

 

MERCI

  • Numéro de voile : 69
  • Anciens noms du bateau : Foresight Natural Energy, Maisonneuve
  • Architecte : Lavanos
  • Chantier : Artech do Brasil
  • Date de lancement : 15 janvier 2005
  • Longueur : 18,28m
  • Largeur : 5,60m
  • Tirant d'eau : 4,50m
  • Déplacement (poids) : 8,5t
  • Nombre de dérives : 2
  • Hauteur mât : 29m
  • Voile quille : acier
  • Surface de voiles au près : 250m2
  • Surface de voiles au portant : 650m2

Contact presse

Cécile GALLET

sailing@cecilegallet.com

+33 (0)671 448 864

 

 

Suivez Sébastien

Préparez votre venue sur le village du Vendée Globe : Ouverture des inscriptions le 6 octobre