Stéphane LE DIRAISON TIME FOR OCEANS

Stéphane LE DIRAISON

2ème participation

FR

44 ans

Boulogne Billancourt et Lorient

Breton pure souche, navigateur avant même de le revendiquer, Stéphane Le Diraison a toujours l’âme tournée vers la mer. Venu s’installer en région parisienne, où il était responsable de l’activité Energies marines renouvelables chez Bureau Veritas jusqu’en 2015, il s’inscrit comme un homme de son temps, sportif de haut niveau mais aussi citoyen responsable et engagé pour les océans. « Je…

Palmarès

2019

Transat Jacques Vabre, 20e
Fastnet Race, 12e
Bermudes 1000 Race, 10e

2018

8ede la Route du Rhum
5edes Monaco Globe Series avec Stan Maslard
9edu Défi Azimut
7ede la Drheam Cup

2016

Vendée Globe 2016/2017 (abd)

2014

Class40. 4ede la Route du Rhum
2ede l’Armen Race

2013

Class40.1erdu Grand Prix Guyader

2012

Class40. 2ede la Transat Solidaire du Chocolat

2011

Class40. 1erLes Sables-Horta-Les Sables
1erdu Trophée SNSM

2009

4ede la Mini Transat (Prototype)
1erde la Fastnet 6.50
1erdu Trophée MAP
1erde la Chrono 6.50

2008

1erde la Sélect 6.50

2007

2ede la Mini Transat (Série)

Portrait

Stéphane LE DIRAISON

Breton pure souche, navigateur avant même de le revendiquer, Stéphane Le Diraison a toujours l’âme tournée vers la mer. Venu s’installer en région parisienne, où il était responsable de l’activité Energies marines renouvelables chez Bureau Veritas jusqu’en 2015, il s’inscrit comme un homme de son temps, sportif de haut niveau mais aussi citoyen responsable et engagé pour les océans. « Je suis un combattant sur l’eau »,explique-t-il, « comme je suis un combattant à terre pour porter ce message qui m’est cher. »

La mer, il s’y régale depuis ses premiers babillements, embarqué sur le bateau de famille. La mer, ce sera son élément, où dès qu’il le peut, il assure des convoyages vers les contrées d’Europe du sud sur un petit bateau de 6m et toujours seul à bord. La mer, ce vaste espace d’évasion où l’homme pragmatique, l’ingénieur méthodique qu’il est devenu, se ressource. Vivre à Lorient lui donne comme voisins de ponton Alain Gautier et Jean-Luc Van Den Heede, lauréats du Vendée Globe 1992/1993 et son dauphin, entre autres faits d’armes. Participer alors à cette course autour du monde en solitaire devient alors un leitmotiv, une idée fixe.

Stéphane Le Diraison se donne patiemment les moyens de son rêve. Mini Transat en bateau de série puis en prototype et Class40, ses résultats parlent pour lui. Enfin, il rallie des sponsors fidèles comme sa ville d’adoption, Boulogne-Billancourt, et participe à son premier Vendée Globe, qui restera inachevé suite à un démâtage au large des côtes australiennes. Il reconnaît que la première fois, « tout était nouveau et je faisais figure de néophyte dans la classe. Là, je ne me prépare pas de la même façon ».

Ayant signé avec deux nouveaux partenaires et en conservant sa ville d'adoption, le bateau de Stéphane Le Diraison change de physionomie pour s’appeler Time For Oceans, ce qui rejoint les préoccupations du skipper. Avec un nouveau mât et une belle place huitième place sur la Route du Rhum-Destination Guadeloupe, Stéphane Le Diraison sait désormais ce qu’il doit faire pour être prêt pour le Vendée Globe 2020.

Monocoque IMOCA

TIME FOR OCEANS

L’IMOCA signé Finot-Conq a été conçu pour Alex Thomson et mis à l’eau en 2007. C’est le quasi sistership de l’ex Brit Air d’Armel Le Cléac’h, 2e du Vendée Globe 2008/2009. Large et puissant, le bateau de Stéphane Le Diraison a fait ses preuves, notamment en devenant le premier IMOCA à avoir dépassé les 500 milles en 24 heures, lors de la Barcelona World Race 2007/2008. Après trois tentatives infructueuses entre les mains d’Alex Thomson (2008/2009), de Zbigniew Gutkowski (2012/2013) et de lui-même, en 2016 (démâtage), Stéphane Le Diraison entend bien lui faire boucler le Vendée Globe 2020. Pour cela, il a entrepris des travaux d’allégement (690 kg) et doté son bateau d’un nouveau mât signé Lorima (28 m). Pendant l'hiver 2020 un très gros chantier a été effectué pour équiper le 60 pieds de foils, de nouveaux safrans et d'un nouveau cockpit.

TIME FOR OCEANS

  • Numéro de voile : FRA 92
  • Anciens noms du bateau : Hugo Boss, Energa, Compagnie du Lit-Boulogne Billancourt
  • Architecte : Finot-Conq Design
  • Chantier : Neville Hutton
  • Date de lancement : 01 juin 2007
  • Longueur : 18,28 m
  • Largeur : 5,84 m
  • Tirant d'eau : 4,50 m
  • Déplacement (poids) : 8,5 t
  • Nombre de dérives : foils
  • Hauteur mât : 28 m
  • Voile quille : monotype
  • Surface de voiles au près : 300 m2
  • Surface de voiles au portant : 550 m2

Contact presse

Solène Loyau

Directrice de Projet - Time For Oceans

+33 6 79 20 93 38

directrice@timeforoceans.com

Suivez Stéphane