Actualité

Vacation : Fabrice Amedeo "Arriver au cap Horn, c’est le Graal pour tous les marins"

Photo sent from the boat Newrest - Matmut, on January11th, 2017 - Photo Fabrice AmedeoPhoto envoyée depuis le bateau Newrest - Matmut le 11 Janvier 2017 - Photo Fabrice AmedeoSunset

Fabrice Amedeo, Newrest-Matmut

Passer le Horn :
"Il y a deux sentiments. Ce n’est pas propre à un tour du monde. A chaque fois que j’arrive près de la terre après avoir fait beaucoup de large, comme après une Transat, il y a toujours de l’appréhension à l'idée de retrouver la civilisation car on va croiser des cargos, du trafic, et la terre aussi. Quand on est en bateau c’est une menace. Il y a aussi cette grande excitation, depuis plusieurs jours, d’arriver au cap Horn. C’est le Graal pour tous les marins. J’avais deux objectifs au départ, franchir le Horn et terminer la course. Je ne suis pas très loin du premier grand objectif de cette boucle autour du monde donc je me sens très heureux." 

Une véritable amitié avec Arnaud Boissières :
"On se s’écrit souvent des mails pour se raconter comment ça va, donner des nouvelles du bateau, se raconter notre vie. Arnaud m’a dit qu’il m’appelait son « ange gardien ». Ça a commencé après les Kerguelen. J’étais à 50 milles derrière lui et il me disait qu’en cas d’ennui je pourrais venir le secourir. Je lui ai dit que j’allais m’accrocher, et nous sommes toujours ensemble. C’est une belle régate entre nous." 

Quitter le grand Sud :
"J’ai fait une belle descente de l’Atlantique mais je ne suis pas très content de la manière dont j’ai navigué dans les mers du Sud. J'ai eu des problèmes de drisse, j’ai déchiré ma grand-voile, cela m’a fait perdre 500 milles. Quand j’ai réparé ça, j’ai eu des problèmes de hook. J’étais un peu calmé. J’ai eu du mal à me libérer comme l’a fait Eric (Bellion). Bravo à lui d’ailleurs, c’est beau. Après on a chacun notre approche. Eric a fait moins de courses mais il avait déjà été dans le Sud. Il y avait peut-être un facteur émotionnel en moins. Moi j’ai besoin d’apprivoiser un environnement pour attaquer. Je commence tout juste à me sentir bien dans les mers du Sud et je vais en sortir… Il faudra revenir. Au début les fichier donnaient un cap Horn tonique et des conditions compliquées. Plus on approche de l’échéance et plus ça semble correct. Je devrais le passer dimanche, dans un flux d’Ouest, au portant dans une trentaine de nœuds." 

À Kito de Pavant, invité du Vendée Live :
"J’ai beaucoup pensé à toi au moment de tes problèmes. J’étais rassuré de te savoir en sécurité avec la marine française. J’étais triste pour ton bateau et j’espère que tu vas rebondir. T’es un grand marin. J’espère que tu vas avancer. On se voit à l’arrivée."

 

Fabrice Amedeo (FRA), skipper Newrest Matmut, before the start of the Vend

Vacation de 12h avec Fabrice Amadeo

 
Current Time 0:00
Duration Time 0:00
 

 

Snap code

Retrouvez-nous sur Snapchat
vendeeglobe2016