Thomas RUYANT

Portrait

Thomas RUYANT

38 ans

Lorient

Thomas Ruyant n’est pas du genre à rester les deux pieds dans le même sabot. Déterminé à être à nouveau au départ du Vendée Globe 2020, il n’a pas hésité longtemps avant de décider de se faire construire un bateau neuf avant même d’avoir trouvé les partenaires qui l’accompagneront. Fort du soutien de quelques investisseurs qui avaient particulièrement apprécié sa prestation lors du Vendée Globe 2016, Thomas a donc fait appel à Guillaume Verdier pour lui dessiner un foiler de dernière génération capable de rivaliser avec les meilleurs et pourquoi pas ? De briguer la victoire.

En ce sens, le marin reste fidèle au mode de conduite qui l’a toujours animé depuis ses débuts dans la course au large. Qu’il s’agisse de la Mini-Transat qu’il a brillamment remportée en 2009 ou de la Route du Rhum en 2010, le navigateur nordiste a construit ses projets avec méthode en s’efforçant de viser l’excellence. La recette : s’appuyer sur un noyau de personnes de confiance, veiller à construire des projets économes sans pour autant galvauder les objectifs de performance.

Le constat est clair : la méthode fonctionne. Avec une Mini-Transat, une Route du Rhum en Class40 et une Transat AG2R en Figaro, il ne manque plus qu’une victoire en IMOCA pour que Thomas devienne le premier marin vainqueur dans les trois grandes catégories représentatives de la course au large. En attendant, il lui reste un Vendée Globe à boucler. L’édition 2016 qui s’était achevée en Nouvelle-Zélande après qu’il eut réussi à mener à bon port son bateau lourdement endommagé par la rencontre avec un OFNI lui a forcément laissé un goût d’inachevé. Cette fois-ci, il compte bien défendre ses chances jusqu’au bout… aux avant-postes, évidemment.

Palmarès

Contact Presse

Tanguy Blondel

Mail : tanguy.blondel@tbpress.fr

Tel : 06 88 45 35 36

Snap code

Retrouvez-nous sur Snapchat
vendeeglobe2016